Le Conseil constitutionnel devait se prononcer ce vendredi sur la loi Jacob qui interdit la technique polluante donnant lieu à une fracturation hydraulique dans l’exploitation du gaz de schiste. Les Sages ont finalement validé cette interdiction.

© CC / wikipédia

Aujourd’hui est un jour très important pour l’écologie en France. Le Conseil constitutionnel devait se prononcer ce vendredi sur la loi Jacob du 13 juillet 2011 interdisant l’exploitation du gaz de schiste par la fracturation hydraulique en France. Le texte, voté à cause des risques pour l’environnement de ce procédé, exclu toute exploitation de ce gaz dans l'Hexagone. Les Sages ont finalement validé cette loi malgré la question prioritaire de constitutionalité (QPC) posée par la société américaine Schuepbach.

La firme texane avait obtenu deux permis d’exploration, un à Villeneuve-de-Berg (Ardèche) et l’autre à Nant (Hérault), lesquelles ont finalement été abrogés en octobre 2011 suite à l’application de la loi Jacob. Selon les avocats du groupe américain, cette loi reposerait sur une interprétation abusive du principe de précaution. Malgré l’impact prouvé du procédé sur les eaux potables et autres aspects de l’environnement.

Une interdiction en accord avec les engagements de François Hollande

Cette validation du Conseil constitutionnel conforte les engagements de François Hollande lors de la campagne présidentielle qui avait affirmé qu’il n’y aurait aucune exploitation du gaz de schiste en France. Une décision prise malgré le lobbying d’entreprises françaises telles que Total ou GDF Suez qui insiste sur le fait que la France ne peut se passer de cette technique, aussi bien en termes de création d’emploi que d’indépendance énergétique.

Une technique polluante

Publicité
La technique de fracturation hydraulique consiste à extraire le gaz de schiste en injectant sable, eau et produits chimiques à haute pression sous terre, dans le but de faire exploser la roche. Ce procédé nécessite des quantités d’eaux astronomiques qui deviennent extrêmement polluées. Sur le web, des dizaines de vidéos montrent les conséquences de l’extraction de ce gaz aux Etats-Unis. On y voit des nappes phréatiques détruites par la pollution. Ces mêmes nappes phréatiques, qui servent à la diffusion de l’eau chez les consommateurs, se voient parfois atteintes de fuites de gaz. Résultat : les robinets d’eau s’enflamment chez les particuliers !

Un robinet d'eau qui s'enflamme aux Etats-Unis :

Publicité