Peu avant 13 heures jeudi, un lycéen de 16 ans, lourdement armé, est entré dans le lycée Tocqueville à Grasse (Alpes-Maritimes) et a fait feu. Au total, quatorze personnes ont été blessées, dont le proviseur.

Au lendemain de la fusillade dans un lycée à Grasse, on en sait un peu plus. Jeudi, vers 18h30, le procureur de la République de Grasse, Fabienne Atzori, a fait le récit des évènements, cinq heures environ après les faits.

Il était environ 13 heures jeudi quand un lycéen, âgé de 16 ans, a pénétré dans l'enceinte du lycée Tocqueville, son propre établissement scolaire. Il portait sur lui un arsenal de guerre : un fusil à pompe, deux armes de poing et une grenade d'exercice.

A lire aussi VIDÉO Des témoins racontent la fusillade à Grasse

Le lycéen a blessé quatre personnes

"Il semblerait aussi qu’il ait confectionné un explosif artisanal mais ça reste à vérifier", a ajouté la magistrate. "Après avoir pénétré dans le lycée, il s’est rendu dans une classe. Dans cette classe manifestement, ne se trouvait pas la personne, ou les personnes, qu’il recherchait. En tout cas, les élèves ont remarqué qu’il était armé. Ils sont allés s’en ouvrir au proviseur", a raconté Fabienne Atzori. L'adolescent a ouvert le feu sur un élève avant l'arrivée du proviseur, qui s'est interposé. Celui-ci a reçu dans l'action une balle dans le bras. Dans ce laps de temps, le tireur a blessé quatre personnes. Les dix autres personnes légèrement atteintes se sont blessés dans le mouvement de panique déclenché par le drame.

Le tireur : "Je n'ai pas fait assez de dégât"

Sur BFMtv, le gardien de la salle de sport du lycée a raconté son face-à-face avec le tireur. "Je me suis mis à dialoguer avec lui pendant cinq minutes. Je lui disais : 'Cela ne sert à rien ce que tu fais'. Il m'a dit qu'il avait peur que les policiers lui tirent dessus. Je lui ai dit : 'Si tu ne te rends pas ils vont te tirer dessus'. Il me disait : 'J'ai pas fini ma mission, mon contrat. Je n'ai pas fait assez de dégâts.' Je lui ai dit qu’il n'avait pas de mission."

Publicité
L'ancien militaire a ensuite raconté l'évacuation par les forces de l'ordre des élèves bouleversés. Vers 13h05, le lycéen sera finalement intercepté par les forces de l'ordre, qui sont rapidement intervenues, sans que le tireur n'oppose de résistance. 

Vidéo sur le même thème : Fusillade dans un lycée de Grasse: retour sur les faits