Plusieurs témoins rapportent le geste salvateur d'Hervé Pizzinat, le dirigeant du lycée qui a tenté de raisonner l'adolescent, principal suspect de la fusillade qui a fait quatorze blessés.

Ils sont nombreux à saluer le comportement du proviseur du lycée Tocqueville, où s'est déroulée jeudi midi une fusillade qui a fait quatorze blessés. D'après le témoignage d'un lycéen interrogé par Nice Matin, Hervé Pizzinat, le proviseur du lycée qui a été blessé lors de l'attaque, a eu une attitude héroïque face au tireur de 16 ans. 

A lire aussi Fusillade dans un lycée de Grasse : le récit des évènements

"J'étais trop loin pour entendre ce qu'il lui disait, mais il est resté calme, même après avoir été touché par un premier tir. Malgré le plomb dans le bras, il a continué à essayer de le ramener à la raison", explique Thomas, lycéen de 17 ans et témoin de la scène. "Peu de personnes auraient eu cette attitude, elles seraient parties en courant. Le proviseur est resté pour protéger ses élèves".

"Touché à l'épaule, le proviseur lui a simplement ordonné de se calmer et de reculer. Ce qui l'a un peu déstabilisé", a raconté pour sa part Mathias, autre élève témoins de la scène. 

"Nous sommes passés à côté du pire"

Publicité
Quelques heures après la fusillade, des responsables politiques ont tenu à saluer le comportement du proviseur. Le ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a qualifié l'attitude d'Hervé Pizzinat d'"héroïque". Elle explique que le proviseur s'est précipité vers l'agresseur lorsqu'il a sorti son arme pour tenter de le raisonner. "Nous sommes passés à côté du pire", a-t-elle estimé. De son côté, le président (LR) du conseil départemental, Eric Ciotti, a demandé que la Légion d'honneur soit décernée au proviseur. 

Le président de la région Paca, Christian Estrosi, a lui aussi tenu à saluer le geste du proviseur.

Vidéo sur le même thème : Fusillade dans un lycée de Grasse: retour sur les faits