Un an après la décision d’exclusion prise par le tribunal d’instance du 15e arrondissement de Paris, Frigide Barjot quitte enfin son logement social de 173 m².

L’ex-chef de file de la Manif pour tous, Frigide Barjot, a finalement quitté son logement social ce lundi, rapporte l’AFP. Virginie Tellenne, de son vrai nom, a quitté les lieux un an après que le tribunal d’instance du 15e arrondissement le lui ait ordonné. La Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) avait alors accordé un délai supplémentaire de quelques mois le temps que la famille retrouve un logement.

À lire aussi -changement de nom, de domicile... que devient Frigide Barjot

La raison évoquée à l’époque pour justifier cette expulsion était que le logement social de 173 m² avait été utilisé à des fins commerciales, rompant ainsi les clauses du bail avec la RIVP. Interrogé par l’AFP, la principale intéressée a confirmé son déménagement tout en refusant ouvertement d’y porter de l’importance. "Ce qui importe, c’est l’avenir de la Famille, ce qui s’est passé au Vatican ce weekend (ndlr : synode sur la famille), les débats qu’il y a en France", a-t-elle affirmé.

Le combat continue

Celle qui aujourd’hui est à la tête de la formation L’Avenir pour tous depuis qu’elle a été évincée de la Manif pour tous, assure que son déménagement ne portera pas atteinte à son combat. "Faire des cartons et retrouver un toit pour ma famille ne nous empêchera pas de continuer le débat sur les fondamentaux de nos familles et de la société plurielle. Bien au contraire", a-t-elle expliquée.

Publicité
La décision du tribunal prise le 30 octobre 2013 avait d’abord été contestée par la principale intéressée. Elle dénonçait alors un acte politique. Très vite cependant, les magistrats étaient parvenus à démontrer que Basile de Koch, son mari, avait domicilié sa société Jalons de Basile de Koch à la même adresse que celle de la famille. En avril dernier, Virginie Tellenne avait fait part de son inquiétude pour retrouver un logement, évoquant notamment la cession de biens particuliers et d’une partie de son héritage.

Vidéo sur le même thème - 200 personnes rassemblées à Paris en soutien aux "chrétiens d'Orient persécutés" 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité