Alors que la Régie immobilière de la ville de Paris a adressé à Frigide Barjot il y a quelques jours un courrier la priant de bien vouloir se mettre en conformité avec son bail, la chef de file des anti mariage gay se dit menacée d’expulsion et dénonce des manœuvres politiques.

Frigide Barjot bientôt à la rue ? Celle qui a battu le pavé parisien durant des mois pour protester contre l’adoption de la loi sur le mariage pour tous, se dit aujourd’hui menacée d’expulsion. La chef de file de La Manif pour tous a en effet reçu il y a quelques jours, un courrier de la Régie immobilière de la ville de Paris, lui ordonnant de se mettre en conformité avec son bail HLM.

Dans le viseur de la RIVP, son appartement de 173 m² situé dans le XVe arrondissement de Paris. La régie immobilière lui reproche d’avoir domicilié chez elle sa société, Jalons, alors que son bail interdit toute activité commerciale dans les lieux d’habitation. Autre irrégularité : Frigide Barjot et son mari se sous-loueraient une partie de leur logement, le couple se versant chaque mois, via Jalons, un loyer. Ils ont donc été priés de bien vouloir régulariser leur situation.

«C'est grave, nous sommes menacés d'expulsion » a affirmé Frigide Barjot au site du Parisien. « Jamais nous n'avons eu un loyer de retard et nous payons 3500 € par mois » a-t-elle ajouté. Pour elle, son HLM n’est qu’un prétexte. « «On veut faire taire le mouvement de l’Avenir pour tous que nous venons de lancer. C'est clairement politique. Comme par hasard, cela tombe en même temps qu’un manifestant condamné à de la prison ferme. La répression s'abat ».

Publicité
Frigide Barjot avait ouvert les portes de son appartement, aujourd’hui devenu un sujet de polémique. Les caméras de Toute une histoire avaient ainsi pu la filmer dans son quotidien, avec ses enfants.

 
Publicité