Après 25 ans d’existence, l’opérateur historique va probablement changer de nom ce mardi à l’occasion d’une assemblée générale. L’entreprise perdra ainsi le nom de France Télécom pour devenir Orange.

Une assemblée générale se tiendra ce mardi 28 mai pour les salariés de France de Télécom. L’ordre de jour sera le changement de nom de l’entreprise qui pourrait devenir Orange. Ce dernier, fort de 230 millions de clients dans 32 pays, fait valoir les bénéfices de ce changement de nom à l’échelle mondiale : "aujourd'hui notre marque est classée à la 50e position des marques mondiales avec une valeur de 15,4 milliards de dollars selon le classement Millward Brown 2012".

Les syndicats voient rougePour mener cette fusion, la direction d'Orange détentrice de France Télécom s’appuie sur un sondage interne réalisé par l'institut CSA auprès de 4.000 salariés en décembre dernier et qui a conclu que "83% des salariés ont un avis favorable ou indifférent au changement de marque."

Les syndicats, quant à eux, n’adhèrent pas au projet et dénoncent un camouflage de la situation sociale de l’entreprise. "La direction espère-t-elle ainsi faire oublier la crise sociale qui a secoué l'opérateur historique au moment où Didier Lombard revient sous les projecteurs des médias ?... Veut-elle redonner du lustre au cours de l'action dans un secteur secoué par un modèle économique en évolution ?", est-il ainsi possible de lire sur l’un des tracts distribués aux employés.

Publicité
"France Télécom Orange" ou "Orange France Télécom"Alors que les syndicats veulent conserver le nom de France Télécom et hésitent entre "France Télécom Orange" et "Orange Frane Télécom", le statut de la société ne devrait pas changer. Parmi les 100.000 personnes employées dans l’Hexagone par l’opérateur, 60% sont des fonctionnaires. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité