Le mois de septembre est chaque année rythmé par les foires aux vins des grandes surfaces et des magasins spécialisés. Vincent Pateux, sommelier à l’Atelier des sens, nous donne ses conseils pour bien acheter et profiter au mieux de cet évènement.

Planet : A quoi doit-on faire attention lorsque l’on achète du vin ?Vincent  Pateux : "Les foires aux vins sont l’occasion de trouver de bons vins à des prix attractifs. On trouve même parfois des grands crus d’ordinaire inaccessibles à des tarifs abordables.  Seulement, devant ces offres alléchantes, il faut savoir déterminer ses véritables besoins. Le consommateur doit donc d’abord déterminer s’il souhaite acheter du vin pour le boire rapidement ou bien pour le garder. Il est aussi important de savoir si l’on dispose d’un endroit suffisamment grand et adéquat pour conserver les bouteilles dans de bonnes conditions. Ensuite, bien évidemment, il est préférable d’acheter du vin en fonction des plats que l’on veut déguster avec. Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à profiter des soirées de dégustations pour goûter les vins. C’est le meilleur moyen de bien les acheter.

Planet : A partir de quel budget peut-on espérer avoir un bon rapport qualité-prix ?Vincent Pateux : Il n’y a pas besoin de débourser des milles et des cents pour s’offrir un bon vin.  On en trouve des très corrects aux alentours de 5-6 euros. Et alors que les foires aux vins ont longtemps été associées aux vignobles bordelais, on peut même dénicher de superbes Bordeaux pour moins de quinze euros. 

Planet : Peut-on se fier aux médailles qu’arborent certaines bouteilles ?Vincent Pateux : Il faut se méfier des médailles qui sont aujourd’hui distribuées comme des bons points à tous les niveaux. Seules quelques-unes sont, selon moi, à prendre au sérieux. Je pense notamment à celle du Guide Hachette des vins, du Concours général agricole et de la Revue des vins de France.  Le mieux reste cependant de se fier à l’avis des spécialistes et professionnels présents dans les rayons pendant les foires. A noter également : ne n’est pas l’étiquette qui fait la bouteille !

Publicité
Planet : Y a-t-il des années dont il faut se méfier ? Vincent Pateux : On a malheureusement souvent tendance à faire une généralité de ce qui se passe dans une région alors qu’une année ne peut pas être mauvaise partout. Et quand bien même, une année aurait été moins bonne que les précédentes, le vin n’est pas fichu pour autant. Prenez par exemple la vallée du Rhône qui a été très chargée en pluie en 2008. Cette année-là a été très compliquée mais le vin est bon quand même. Certes, c’est un millésime en demi-teinte qui ne se garde pas comme cela devait être le cas, mais il peut toutefois se boire rapidement et s’avère même très bon. Il faut donc voir les années dites difficiles comme des occasions de profiter du vin plus tôt".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité