Les recherches menées ces 26 et 27 septembre n’avaient pas permis de retrouver le corps de la petite Fiona. Sa mère et son compagnon devraient être de nouveau interrogés par les juges, mais les enquêteurs ont des doutes quant à leurs déclarations. Et si la fillette n’avait pas été enterrée ?

© Facebook/Cécile Bourgeon

Et si Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf avaient encore menti ? Les enquêteurs ont aujourd’hui des doutes. La petite Fiona a-t-elle vraiment été enterrée aux abords du lac d’Aydat, près de Clermont-Ferrand, comme ils l’ont affirmé ? Sa mère et son compagnon ont en effet fait croire pendant des mois que la fillette avait disparu, avant d’avouer qu’elle était en réalité décédée le 11 mai dernier. Ont-ils dit la vérité en confiant l’avoir enterrée ? Les policiers sont de plus en plus sceptiques. 

« Pour enterrer quelqu'un, il faut une pelle...»« Je ne crois pas à leur version » a affirmé au Point.fr l’un des policiers clermontois proche de l’enquête. « Pour enterrer quelqu'un, il faut une pelle... Or, ils n'en avaient pas ! Nous sommes pessimistes sur l'issue de cette piste » a-t-il ajouté. Sur ce point, Cécile Bourgeon avait déclaré aux enquêteurs que Berkane Maklouf en avait trouvé une près d’une maison située à côté de l’endroit où le corps de Fiona a été enfoui. Une explication qui a du mal à convaincre.

« Ils ont déjà beaucoup menti »Autre détail qui fait tiquer les enquêteurs, le couple aurait indiqué avoir enterré la fillette un « dimanche matin ». Mais le lac d’Aydat est un endroit connu pour attirer de nombreuses familles et sportifs le week-end, difficile donc de passer inaperçu en train de se débarrasser d’un corps inerte. « Ils auraient enterré le corps comme ça, le tout en plein jour ? » s’étonne un autre policier. « Ils ont déjà beaucoup menti. Ce ne serait pas impossible qu'ils cachent encore quelque chose. Dans l'état actuel de l'instruction, on n'est pas du tout sûr de retrouver le corps » estime ce dernier.

Publicité
Un nouvel interrogatoire prévu la semaine prochaineCécile Bourgeon et Berkane Maklouf devraient de nouveau être interrogés dans le courant de la semaine prochaine, indique le site du Point. Les juges d’instruction chargés de l’enquête avaient estimé il y a quelques jours qu’ils devaient « se reposer » et « reprendre leurs esprits ». Toxicomane, le couple est en effet pris en charge pour minimiser les effets du manque. Les fouilles, elles, n’ont pour l’heure pas repris.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité