A peine deux ans après s’être regroupées pour lancer leur atelier, les ex de Lejaby mettent la clé sous la porte. Faute de financement, Les Atelières, spécialisées dans la confection de lingerie haut de gamme made in France, doivent mettre un terme à leur activité.

© AFP

Clap de fin pour Les Atelières. Ces ex de Lejaby qui s’étaient regroupées pour former Les Atelières, une société coopérative d’intérêts collectifs spécialisée dans la confection de lingerie haut de gamme made in France, débrancheront définitivement dans quelques jours leurs machines à coudre, déjà réduites au silence. Faute de financement, Muriel Pernin, présidente et fondatrice des Atelières, a en effet indiqué que la petite entreprise serait mise en liquidation judiciaire à la fin de la semaine.

Les Atelières guillotinéesUne décision difficile à prendre mais inéluctable pour Muriel Pernin, qui accuse les banques d’avoir condamné Les Atelières. « Dans notre pays, les banques sont plus fortes que la République » estime-t-elle. « Avec notre argent, elles exécutent chaque jour des dizaines de PME. Ce sont Les Atelières qui montent aujourd’hui à la guillotine ». Mais selon elle, l’absence de financement n’est pas le seul en cause. Elle dénonce également le « mensonge » du « made in France », cher à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.

Publicité
Le « mensonge » du made in France« Dans notre pays, la fabrication française est un grand mensonge » lance-t-elle. « Les produits « made in France » sont souvent conçus à l’étranger et finalisés en France. Tous les jours, des consommateurs sont bernés par l’étiquette « made in France » qui est une norme a minima et le cache-sexe médiatique d’un pays qui a abandonné ses métiers » ajoute-t-elle. Muriel Pernin déplore également que le savoir-faire des « petites mains » ne soit pas mieux considéré. « Les dispositifs d’innovation, en partie portés par la Banque publique d’investissement sont centrés sur la robotisation » regrette-t-elle. Aujourd’hui ce sont une trentaine d’emplois qui sont à nouveau menacés.

Vidéo : coup dur pour les atelières de Lejaby