Enceinte de 8 mois, Mélodie Massé a été retrouvée morte dans la maison de sa mère à Ustaritz (Pyrénées-Atlantiques) mercredi 13 septembre par son compagnon. Son meurtrier présumé, un sans domicile fixe, vient de tout avouer.

Elle s'appelait Mélodie, était élève infirmière à Bordeaux et connue du grand public parce qu'elle était la compagne d'Olivier Espagne, un candidat de l'émission "10 couples parfaits"... Il s'appelle Cédric B, il est sans domicile fixe et il vient d'avouer l'avoir violée, tuée et ligotée aux services de police après avoir été confondu par son ADN. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme âgé de 39 ans était considéré comme un agitateur. Schizophrène sous traitement, il a été mis en examen pour "homicide volontaire et viol aggravés" en raison de la grossesse de la victime. Le suspect aurait, selon Ouest-France, parlé durant sa garde à vue et expliqué, d'après le procureur-adjoint de la République à Bayonne, Marc Mariée, "avoir agi seul et a reconnu son implication dans la commission dramatique des faits". Il aurait ensuite évoqué "spontanément les diverses phases du drame et répondu aux questions des gendarmes".

Ligotée les yeux bandés

Mélodie a été retrouvée par son compagnon ligotée et les yeux bandés dans l'appartement qu'elle occupait dans la propriété de sa mère (absente au moment des faits). "La victime était enceinte de huit mois. Son ami l'a retrouvée avec le visage tuméfié, les pieds et les poings liés, les yeux bandés. Il y avait des traces de sang sur place. Il semblerait que la jeune femme soit décédée des suites de coups qui lui ont été portés", avait indiqué une source proche du dossier à LCI.

Publicité
Demeure cependant la question du mobile. Pour l'heure, la théorie du cambriolage qui aurait mal tourné reste la piste privilégiée. L'homme risque la prison à perpétuité. En août 2017, il avait déjà été condamné à trois mois de prison avec sursis et une obligation de soins psychiatriques pour des faits de vols et dégradations. Ce mercredi 19 septembre, Claude Olive, maire d'Anglet, indiquait dans les colonnes de Sud-Ouest, que le suspect "menaçait régulièrement des passants". Il avait pourtant tenté à plusieurs reprises de le faire interner. En vain. L'élu a finalement estimé que "l'on aurait peut-être pu l'enfermer si chacun avait pris ses responsabilités. J'avais pris les miennes".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

mots-clés : Meurtre, Fait divers

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité