Le procureur de la République de Bayonne a fait jeudi soir ses premières déclarations publiques depuis la découverte du corps sans vie d’une femme enceinte de huit mois ligotée et les yeux bandés sur son lit, au domicile de sa mère à Ustaritz. 

Jeudi, on apprenait qu’une femme enceinte de huit mois avait été retrouvée morte au domicile de sa mère, à Ustaritz dans les Pyrénées-Atlantiques Agée de 23 ans, la victime gisait dans son lit lorsque son compagnon l’a découverte. "Le corps se trouvait sur le lit de la chambre à coucher, les poignets et les chevilles ligotés, les yeux bandés, et bâillonnée avec des torchons", a précisé le procureur de la République de Bayonne dans la soirée, rapporte Midi Libre. Evoquant un "acte criminel particulièrement violent sur une personne vulnérable", il a ajouté que la jeune femme avait été victime de "traumatismes violents et répétés, à la face principalement, combinés peut-être avec un éventuel processus d’asphyxie lié au bâillon qu’elle avait dans la bouche".

La jeune femme était élève infirmière

Une autopsie a été demandée pour déterminer les circonstances exactes de sa mort. Les premiers éléments relevés sur les lieux du drame, l’appartement de la mère de la victime, n’ont pour le moment pas permis de relever de traces d’effraction. Cependant, aucune piste n’est pour le moment privilégiée, a souligné le procureur.

Publicité
La jeune femme était élève infirmière. Originaire de Béziers, elle avait décidé de "passer les dernières semaines de sa grossesse" chez sa mère, écrit Midi Libre. Intermittent du spectacle et également étudiant en sophrologie, son compagnon a dû être pris en charge par le Samu, note encore le journal qui ajoute qu’une cinquantaine de gendarmes sont actuellement mobilisés sur cette enquête.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

mots-clés : Femme enceinte, Crime
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité