La France aurait expulsée 36 822 personnes en situation irrégulière en 2012. Un chiffre sans précédent et en hausse de  11,9% par rapport à l’année précédente.

François Hollande avait promis du changement avec l’arrivée des socialistes au pouvoir, mais il se serait sans doute passé de cette hausse historique du nombre d’expulsions des étrangers illégalement présents sur le territoire. Selon Libération.fr  ce chiffre s’élèverait à 36 822, soit une hausse sensible de 11,9% par rapport à l’année 2011 et ses 32 900 expulsions.

Des chiffres qui semblent conforter l’image d’un Manuel Valls ministre de l’Intérieur intransigeant. A y regarder de plus près on constate que la majorité des expulsions se concentre sur la première partie de l’année, c'est-à-dire en pleine campagne présidentielle, quand le candidat Sarkozy devait se réconcilier avec la frange la plus dure de son électorat.  On n’en fait dailleurs pas mystère au ministère : "les deux premiers mois de l’année furent sans précédent".

Publicité
Les chiffres se tassent au second semestre de l’année et le nombre d’expulsions décroit mois après mois. Volonté politique ? Pas vraiment car la baisse s’explique essentiellement par la mise en conformité de la législation française avec la décision de la Cour européenne de justice de mettre fin à la garde des sans-papiers. Mise en place à partir de juillet, elle a entrainé l’annulation d’un certain nombre de procédures. Un phénomène amplifié par les procureurs qui avaient anticipé la mise en place de la loi de quelques mois.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :