Le pavillon tricolore, d’une superficie de près de 2000 mètres carrés, attise les convoitises, notamment celles des qataris.

L’Exposition universelle a ouvert ses portes le 1 mai dernier à Milan, dans le nord de l’Italie. La France souhaite montrer tout l'étendue de la richesse de ses terroires alors que le thème de l’exposition est cette année : "Nourrir la planète, énergie pour la vie".

Le pavillon a été réalisé avec plus de 2 600 pièces d’épicéas et de mélèze de Franche-Comté. Entièrement démontable, la construction française intègre également un jardin de 1 200 mètres carrés : "Nous avons le double des plantes exposées dans des serres pour pouvoir les remplacer au pied levé", explique l'un des jardiniers. Toutes les régions de France sont représentées à travers une soixantaine d'espèces et bien plus de variétés comme l'artichaut breton et la garigette. 

"Un paysage collinaire et varié typique de la France, mais renversé. Un espace d’accueil qui s’inspire des halles de Baltard, lieu d’échange par excellence et point de rencontre entre tous les maillons de la chaîne alimentaire", décrit Anouk Legendre, l’un des deux architectes du pavillon français.

Un pavillon très convoité

Le pavillon français a coûté au moins 23 millions d’euros et sera mis en vente à la fin de l’Exposition. Selon les informations de Paris Match, le Qatar aurait proposé d’acheter le bâtiment français.

Publicité
Mais Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement a déjà prévenu que le pavillon français  "restera en France" et pourrait même devenir un palais de la gastronomie au cœur du marché de Rungis. 

Vidéo sur le même thème : Zoom sur l'Exposition universelle : Milan, l'inspirante 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité