Accusée du meurtre de sa fille de deux ans, Casey Anthony avait été acquittée par la justice en 2011 faute de preuves suffisantes. Mais quand la sentence est tombée à l'issue de son procès, elle aurait éclaté de rire. 

En 2011, l'Amérique s'était passionnée pour le procès de Casey Anthony, une jeune femme accusée du meurtre de sa fille de 2 ans, Caylee, en 2008. Elle l'aurait d'abord endormie avec du chloroforme, puis étouffée en recouvrant son visage de ruban adhésif, d'après les faits rapportés par USA TODAY. Elle aurait ensuite dissimulé le cadavre dans un bois proche du domicile de ses parents. Cependant, les preuves n'étant pas suffisantes, la jeune femme a été acquittée par le justice en 2011. Une décision qui avait beaucoup divisé la population. 

L'affaire aura été compliquée à traiter étant donnée la forte médiatisation du procès. Le plus difficile a été de trouver un jury impartial. Si bien que les citoyens convoqués ont été coupés du monde pendant les deux mois de procés. 

Casey Anthony a accumulé les mensonges

Ce qui a beaucoup choqué, outre le meurtre de la fillette, c'est la personnalité de Casey Atnhony. Celle-ci confiait souvent sa fille à ses parents ou à des baby-sitters. Pendant la disparition de la fillette, des photos d'elle en discothèque ont beaucoup circulé. Selon le procureur Linda Drane Burdick, Casey Anthony était une mère "instable et immature et aurait souhaité retrouver une certaine liberté." Tout le long de l'enquête, la jeune femme a enchaîné les mensonges. Elle a accusé la nounou d’avoir volé l’enfant. Elle a aussi fait croire à ses parents qu’elle travaillait aux Studios Universal, alors qu’elle dépensait l’argent de sa grand-mère. "Certes, Casey est une menteuse, mais cela ne fait pas d'elle une meurtrière", avait déclaré son avocat. 

Avant le meurtre de la petite fille, des recherches sur Internet ont été retrouvées par les enquêteurs : "Briser le cou", "Comment faire du chloroforme ?". Cependant, rien ne prouvait que c'était bien Casey Anthony qui avait fait ces recherches. A la barre, sa mère avait déclaré : "C'est moi la responsable, la mère de l'accusée. Mon yorkshire était tout le temps fatigué. Et il nous mangeait toujours notre bambou dans le jardin. J'ai voulu voir si la chlorophylle pouvait causer cela. J'ai vérifié si un parasite ne pouvait pas transformer la plante en substance proche du chloroforme." Plus tard, la jeune femme a accusé son père de l’avoir violée. Ce dernier l'aurait aussi aidée à dissimuler le corps de la petite qui se serait noyée accidentellement dans la piscine.

A lire aussi - Affaire Troadec : le sordide récit de la nuit du quadruple meurtre

Elle travaille comme détective privée

La justice n'est pas en mesure de déterminer comment la petite-fille a été tuée. Rien ne permet donc de condamner la jeune femme. Cette dernière a été acquittée avec seulement quatre chefs d’accusation pour avoir menti à la police. Et quand la sentence est tombée, elle aurait éclaté de rire. 

Publicité
Neuf ans après la disparition de sa fille, la jeune femme s'est confiée à Ouest France en mars dernier. "Elle aurait 12 ans. Et elle déchirerait. Je pense qu’elle écouterait du rock, qu’elle ferait du sport", a-t-elle déclaré. La jeune femme n'est "toujours pas sûre de ce qui s’est passé". Mais elle sait qu'une grande partie de l'Amérique la croit coupable. "Je me fous de ce que les gens pensent, je m’en foutrai toujours. Je suis en accord avec moi-même, je dors plutôt bien la nuit", a-t-elle ajouté. Aujourd’hui, Casey Anthony vit en Floride et est employée par un détective privé embauché par ses avocats au moment de son procès.