En 2015, les recettes engendrées par les radars partout en France sont en augmentation par rapport à l'année précédente. Pourtant, les radars ne flashent pas davantage. Explications.

Les radars français ne flashent pas plus mais pourtant ils rapportent davantage. 789 millions d'euros, c'est la somme qu'ils ont rapportée en 2015, révèle la Cour de comptes dans un rapport consulté par BFMtv. En 2015, les recettes produites par les 4 200 radars de France ont augmenté de 6,6%, un record.

Mais cette augmentation des recettes ne signifie pas que les Français roulent de plus en plus vite puisque, paradoxallement, les radars ont moins flashé en 2015 qu'en 2014. Cela s'explique notamment par le fait qu'avant 46% des clichés étaient exploitables, contre 66% aujourd'hui. Les cabines sont de meilleures qualités et plus efficaces. Ils peuvent par exemple différencier un poids lourd d'une voiture. Une grande partie des appareils a été modernisée. Au total, 13,31 millions de contraventions ont été envoyées en 2015.

Chaque année, un radar rapporte en moyenne 164 000 euros. Certains plus que d'autres, comme le fameux radar situé aux Adrets de l'Esterel sur l'A8 dans le Var qui rapporte plus de 3,5 millions d'euros par an.

A lire aussi : Les radars mobiles vont être privatisés : vers une multiplication des PV ?

Possibilité de verbaliser les véhicules étrangers 

On peut aussi expliquer cette hausse des gains par la possibilité de verbaliser les véhicules immatriculés à l'étranger depuis la signature d'accords avec les Etats comme l'Allemagne et les Pays-Bas. Aujourd'hui, les véhicules étrangers représentent 20% des infractions relevées par les radars.

Publicité
Le parc des radars français est de plus en plus performant et cela devrait continuer. Le gouvernement a annoncé en octobre vouloir multiplier par quatre ses "zones radars". D'ici trois ans, 500 nouvelles cabines devraient être installées mais aussi 10 000 appareils "leurre".

En vidéo sur le même thème : Les panneaux Stop désormais surveillés par des radars nouvelle génération 

 

Publicité