Victime d'une fracture au pied en 2013 alors qu'elle marchait sur un trottoir défoncé, une agente immobilière a porté plainte contre la Ville de Paris et a obtenu gain de cause.

Tandis qu'elle se rendait à un rendez-vous important, le 26 septembre 2013, une Parisienne travaillant dans l'immobilier de luxe est passée par un trottoir en mauvais état, près des Champs-Élysées. Elle s'est abattue au sol et l'os de son pied s'est fracturé. Alitée pendant plusieurs semaines, elle n'a pas pu se rendre à d'autres entretiens importants.

Furieuse d'avoir perdu des clients et donc des commissions à cause d'un revêtement défectueux, elle a intenté un procès à la Ville de Paris. L'accusée a d'abord proposé 5 000 euros de compensation, admettant que l'entretien du trottoir n'avait pas été effectué correctement, mais ça ne suffisait pas.

À lire aussi – Insolite : des vrais pavés de la capitale en vente sur Internet !

7 600 euros pour "perte de chance"

L'avocate de l'agente, Me Ludot, a réussi à invoquer la "perte de chance" pour condamner la ville. La "perte de chance" désigne la responsabilité d'une personne (morale ou physique) dans l'impossibilité pour une autre personne de connaître un événement positif.

Publicité
Au vu des pertes d'argent causées à la Parisienne et de la gêne occasionnée par sa blessure, le tribunal correctionnel a jugé la capitale coupable. La mairie a été condamnée à verser 7 600 euros de dommages et intérêts à sa victime.

Vidéo sur le même thème – Ingénieux : la machine à faire les trottoirs parfaits

Publicité