Un homme de 73 ans, qui devait être mort depuis au moins un an, a été découvert complètement momifié dans son lit. Sa femme dormait pourtant à ses côtés, au milieu des insectes qui s’étaient développés autour du corps en décomposition.

capture d'écran La Dernière Heure

Même le légiste dépêché sur place n’en est pas revenu, mais l’histoire est pourtant vraie. Une septuagénaire qui vivait à Anderlecht, un quartier de Bruxelles, dormait toutes les nuits aux côtés de son mari qui, décédé depuis plus d’un an, s’était transformé en parfaite momie. Une vraie scène de film d’horreur. C’est le propriétaire de l’appartement qui a fait cette macabre découverte. Les voisins eux, étaient bien gênés par l’odeur, mais pensaient qu’elle venait du local à poubelles de l’immeuble, rapporte la presse belge.

« J'ai déjà vu des morts mais... jamais dans un tel état ! »C’est en frappant à la porte pour, une fois de plus, réclamer le loyer que le couple ne payait plus depuis novembre 2012, que le propriétaire est tombé des nues. « J'ai déjà vu des morts mais... jamais dans un tel état ! » a-t-il confié à La Dernière Heure. Sur les photos publiées par le quotidien, on aperçoit en effet le papy complètement momifié, allongé dans son lit. « Un cadavre peut se momifier dans un environnement sec et chaud. Cela prend au moins une semaine pour arriver à un tel état » a lui expliqué Philippe Boxho, médecin légiste à la tête du centre médico-légal de Liège.

Publicité
« Cela devait être une véritable infamie »Mais même habitué à voir des corps abimés, le légiste a eu du mal à croire ce qu’il voyait. « Dans ce cas de figure, le corps s’est putréfié dans le lit. Ses organes intérieurs ont fondu et se sont liquéfiés. Cela a coulé de partout et le lit a dû grouiller d’insectes, de liquide de putréfaction et d’écoulements divers. Cela devait être une véritable infamie » a-t-il raconté. « J’ai déjà été confronté deux ou trois à fois à des gens qui continuent à dormir avec le cadavre de leur conjoint »  a-t-il ajouté. « Ce sont chaque fois des gens qui ont de gros problèmes psychiques, ou des personnes âgées qui souffrent de démence sénile. Pour certains, ils ne se rendent pas compte que l’autre est mort. Pour d’autres, ils refusent de le voir mort, un peu comme un déni de grossesse ». La dame avait ici raconté à ses voisins et son entourage que son mari s’était absenté « pour se faire soigner ».

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité