Alors que la France traverse une petite crise sur le marché de l'électricité, à cause notamment de l'arrêt de plusieurs centrales nucléaires, des mesures ont été envisagées en cas de pénurie de courant et de grand froid cet hiver.

Le marché de l’électricité français n’est pas en forme. Les chiffres suffisent pour le prouver : les importations ont augmenté le mois dernier de 40% par rapport à l’an dernier, et les exportations ont baissé de 89% selon un bilan mensuel publié lundi par RTE, filiale d’EDF. La petite crise traversée par l'énergie en France s'explique notamment par l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires. Une situation quelque peu inquiétante à l'approche d'un hiver annoncé comme rude. Quelles sont les mesures à prendre en cas de pénurie ?

A lire aussi – Réacteurs nucléaires à l’arrêt : vers une pénurie d’électricité cet hiver ?

Réduire la consommation

La règle de base en cas de pénurie est de réduire sa consommation. Et plusieurs stratégies ont été pensées pour arriver à cet objectif. Comme l'explique Le Figaro, une "alerte citoyen" sera envoyée à tous les Français sur leurs smartphones. A partir du 5 décembre, ce dispositif, baptisé Eco2mix, indiquera comment réduire la consommation d'électricité dans deux tranches horaires identifiées comme "tendues". A savoir : entre 8h et 13h et entre 18h et 20h.

Pendant ces périodes-là, il sera notamment conseillé d'"éteindre la lumière dans les pièces inoccupées", de "débrancher ses chargeurs sans appareils électriques", d'"éteindre les appareils en veille", ou encore de "reporter l'utilisation de sa machine à laver le linge ou de son lave-vaisselle").

Des sites industriels pourraient être privés d'électricité

Une autre mesure exceptionnelle pourrait être prise par RTE : interrompre le courant de 21 sites industries, définis comme des gros consommateurs d'électricité. Une coupure, qui en fonction des accords passés entre RTE et les sites industriels, pourrait durer de 15 minutes à plusieurs heures. Des coupures qui, selon la filiale d'EDF, pourraient économiser 1 500 mégawatts, soit l'équivalent de la production de 1,5 réacteur nucléaire. 

Publicité
Une baisse de tension du réseau de 5% pendant deux à trois heures pourrait également être appliquée. Une technique qui diminuerait la performance des appareils électriques. Par comparaison, cela équivaudrait à la consommation en électricité du Grand Paris. Soit la production de 4 réacteurs nucléaires, ou une économie de 4000 megawatts.

Vidéo sur le même thème : Un parc qui fonctionne sans électricité