Une habitante de Nice a reçu pendant plus d’un an des factures EDF abracadabrantesque avec des montants allant de plus de 5.000 euros à plus de 28.000 euros. Plus de détails sur ces montants pharamineux.

De quoi s’arracher les cheveux. Il arrive parfois qu’EDF se trompe dans les montants des sommes facturées à ses clients. Une habitante de Nice en a d’ailleurs fait les frais, sans doute plus que les autres. Pendant un an et demi, cette cliente a en effet reçu des factures aux montants énormes. La première de ce genre lui a été annoncée en août 2011 par un opérateur téléphonique. Montant de la somme réclamée : 17.942 euros.

Menacée de coupure si elle ne paie pasMais si l’opérateur l’a alors rassurée en lui affirmant que tout ceci n’était qu’une erreur de la société, les ennuis de la retraitée ne se sont pas arrêtés pour autant, au contraire. Un mois après cet appel, la  Niçoise a en effet reçu un rappel de 5.693 euros sur trois ans et demi. Menacée de coupure d’électricité si elle ne payait pas, elle a alors tenté de joindre le service consommateur d’EDF. La personne qu’elle a alors eue en ligne lui a expliqué ce montant était erroné et que la véritable somme qui lui était imputée était de 5.077 euros…toujours pour des erreurs commises au cours de trois dernières années. Non-satisfaite de cette réponse et estimant ce montant toujours exorbitant, la retraitée a saisi le médiateur d’EDF. Quelques mois plus tard, ce dernier a reconnu un problème au niveau du système de télérelève du compteur "qui n'a pas fonctionné durant plusieurs années". Il a ainsi revu le montant de la facture et est arrivé à un peu plus de 1.000 euros pour une régularisation ramenée à deux ans.

Publicité
Et finalement, la facture passe de 28.465 euros à 325 eurosSe croyant débarrassée de cette histoire, la Niçoise a pourtant déchanté en mars lorsqu’elle a découvert dans sa boîte aux lettres un courrier lui demandant "montant restant dû" de 28.465 euros, après un nouveau relevé erroné effectué début 2012. Le litige a alors gonflé  jusqu’à atteindre 28.465 euros. Heureusement pour la retraitée, le "montant restant dû" a tout d’un coup fondu à 325 euros en juillet et, sans aucun motif. Refusant dans un premier temps de payer, la cliente a finalement accepté pour un mettre un terme à toute cette affaire. "Il faut bien vérifier son compteur, contrôler les facturations et la réalité des relevés, et ne pas hésiter à intervenir auprès du Médiateur, du service consommateur, et d'une association", telle est la leçon qu’elle a retirée de cette mésaventure. 

 

Publicité