Pointant de nombreuses clauses abusives dans leurs contrats, l'association de défense des consommateurs l'UFC-Que Choisir attaque en justice les principaux fournisseurs d'énergie.

C'est ce qui s'appelle une décision énergique. L'UFC-Que choisir vient d'assigner en justice les principaux fournisseurs que sont EDF, GDF, Powéo et Direct Energie. Pour l'association de défense des consommateurs, c'est clair, les fournisseurs d'énergie profitent de leurs clients. L'UFC-Que choisir a recensé de  14 à 39 "clauses abusives". Mais s'il y a de l'électricité dans l'air, les entreprises ne pourront pas dire qu'elles n'étaient pas au courant. Dès octobre, elles avaient été mises en demeure de mettre fin à ces dérives sous peine d'une action en justice.

L'association de consommateurs a donc mis sa menace à exécution faute d'avoir été entendue sur le fond. Elle évoque des "discussions de façade" ou encore "l'absence d'esprit constructif", comme l'a expliqué Cédric Musso, directeur des relations institutionnelles à l'AFP. Seule la société belge Lamparis a pris en compte ses remarques et ne sera pas poursuivie. Cédric Musso estime qu’"ils [les fournisseurs] utilisent les contrats à leur avantage avec des clauses qui se retournent contre le consommateur, puisqu'on voit qu'il y a énormément de clauses exonératoires de responsabilité qui font qu'en cas de problème le fournisseur n'est pas responsable".

Publicité
Dans le détail, l'UFC-Que Choisir reproche aux opérateurs des factures imputées en cas de dysfonctionnement de compteur, des engagements du client sans signature, des frais de rejets pour impayés ou encore des tailles de caractères illisibles. Autant de clauses injustifiées et qui rapportent beaucoup aux fournisseurs d’énergie. Aux tribunaux de grande instance de Paris et de Nanterre de décider maintenant si elles pourront perdurer ou non. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :