Un sondage réalisé par powermetrix pour l’AFP a révélé ce mardi que plus de 3 millions de foyers éprouvent des difficultés à payer leur facture d’électricité. Alors que François Hollande avait fait de la précarité énergétique une de ses préoccupation, cette nouvelle forme de pauvreté semblerait toucher de plus en plus de personnes.

L’AFP a publié ce mardi matin un sondage qui démontre que pas moins de 6 millions de Français -soit 11%- ont des difficultés à payer leurs factures EDF. Le sondage confirme une augmentation de la précarité énergétique en France due à une baisse du pouvoir d’achat et une hausse des prix.Selon l’agence de presse, cette précarité suit la logique de l’opposition locataire, propriétaire et public, privé. Parmi les foyers précaires, 18% d’entres eux sont en effet locataires contre 6% qui sont propriétaires. 15% des foyers en difficulté vivent par ailleurs dans des logements privés tandis que la part des foyers en logements sociaux est de 24 %. Le sondage révèle également que le mode de chauffage ne modifie pas la proportion de la précarité : 13% des foyers chauffés à l’électricité sont en difficultés, contre 11% pour ceux qui se chauffent avec du fioul, du gaz ou du bois.

La question de l’équipement et des installationsLe sondage souligne que les installations et l’équipement impactent énormément la possibilité des ménages à régler leur facture. Les foyers en situation "précaire" sont plus équipés en chauffages d’appoint qui consomment beaucoup (33%) et en appareils électroménagers de faible qualité qui consomment plus. Ce sondage rejoint ainsi les conclusions de l’INSEE qui établit la précarité énergétique lorsqu’au moins 10% des revenus sont consacrés à ces besoins. Selon l’institut, ce dépassement concernerait 3.8 millions de foyers.

Comment réduire cette précarité ?Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, dès sa prise de fonction, voulait alléger la facture énergétique des Français. Il prévoyait entre autre le blocage des prix de l’essence sur trois mois et l'extension des tarifs sociaux sur les factures de gaz et d’électricité. Le gouvernement souhaite désormais créer un bonus-malus qui serait défini en fonction des besoins essentiels du foyer, son isolation thermique, et sa situation géographique. Les factures seraient diminuées dans une plus grande mesure, mais aussi augmentées en fonction de la région, ce qui pose problème aux associations de consommateurs qui demandent plus d’égalité face aux tarifs.

Publicité
Enfin, le gouvernement compte sur un vaste programme d’aides pour que les ménages procèdent à des rénovations qui amélioreraient l’isolation thermique de leur habitat. Ce qui donc ferait  fortement baisser la facture énergétique à moyen terme.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité