Alors que s’achève le procès du Carlton de Lille, Dominique Strauss-Kahn aurait réclamé un petit souvenir.

Lors du procès du Carlton, l’ancien directeur du FMI aurait demandé à la dessinatrice d’audience de France Télévisions des portraits dédicacés. "Vous m’en mettrez de côté un ou deux signés", aurait demandé Dominique Strauss-Kahn à la dessinatrice au cours du procès du Carlton, comme le rapporte Le Parisien.

Lire aussi - Image salie, opportunités professionnelles plus rares : que risque vraiment DSK dans l’affaire du Carlton ?

Quatre dessinateurs étaient chargés de croquer les principaux protagonistes du procès du Carlton. Dans un entretien accordé à FranceTVinfo, la dessinatrice Elisabeth de Pourquery explique que le dessin d’audience est une tradition typiquement française, la loi interdisant tout enregistrement des débats, et que les dessinateurs sont en général bien vus par le tribunal, à l’inverse des autres médias.

"On dirait un monsieur de la IIIème République"

Concernant le procès du Carlton, la dessinatrice raconte : "DSK a tapé sur mon épaule pour me demander mes dessins du procès". Tandis que l’entrepreneur David Roquet était très inquiet et est venu vérifier son portrait pour savoir s’il était mis en valeur.

La dessinatrice estime que l'ancien directeur du FMI n’est pas facile à croquer. "On dirait un monsieur de la IIIème République. Il faut camper cette expression-là et il ne faut pas oublier son air coquin".

Publicité
L'artiste explique également que les dessinateurs d’audience bénéficient d’une certaine liberté. De sorte que Coco, la dessinatrice de Charlie Hebdo, qui était assise à côté d’Elisabeth de Pourquery pendant le procès, a dessiné David Roquet le pantalon baissé, en slip, avec des poils qui dépassaient.

Les deux prostituées qui se sont constituées partie civile, pourtant méfiantes à l'égard des médias, ont également demandé un dessin en souvenir.

Vidéo sur le même thème - Les protagonistes de l'affaire du Carlton de Lille