L’épouse de l’ancien président Nicolas Sarkozy s’est récemment confiée sur son quotidien de mère de famille, mais aussi sur sa conception de la fidélité… 

"Carla nous dit tout sur l’amour". Voici le titre du dernier numéro de ELLE. Un magazine dans lequel Carla Bruni-Sarkozy évoque l’amour qu’elle a pour son mari, mais aussi celui pour ses enfants. "Si j’apprenais que mon mari me trompe, je le prendrais très mal, vraiment très mal, c’est certain ! confie-t-elle. Je pourrais en arriver à commettre des actes extrêmes comme de lui couper la gorge ou les oreilles pendant son sommeil par exemple…". Et l’ancienne Première dame de poursuivre : "plus sérieusement, je crois qu’il faut éviter d’être infidèle si l’on peut, c’est trop dangereux. C’est l’un des chemins vers la séparation. Et puis la fidélité, c’est une condition sine qua non du mariage il me semble". Un discours plus "sage" que celui tenu par le passé par l’ancien mannequin. "Je suis monogame de temps en temps, mais je préfère la polygamie et la polyandrie", se plaisait-elle alors à expliquer.

A lire aussi - Carla Bruni-Sarkozy : tous les hommes de sa vie

"Je suis une bâtarde et j’aime bien les bâtards"Son mariage avec Nicolas Sarkozy lui a visiblement fait voir l’amour et la vie à deux d’un autre œil. "Avec mon mari, j’ai découvert quelque chose que je ne pensais jamais vivre, un coup de foudre comme dans les romans d’amour. Et je suis devenue… la femme d’un couple classique comme je ne pensais que je ne le deviendrais jamais", explique en effet l’ex-Première dame. Comblée par son nouveau rôlet et assurant n’avoir pas "un tempérament jaloux du tout", Carla Bruni-Sarkozy affirme même n’avoir "jamais fouillé les poches" de son mari. A son propos elle ne tarit pas non plus d’éloges : "Je suis une bâtarde et j’aime bien les bâtards, d’ailleurs. Mon mari aussi est un genre de sang-mêlé, il ne ressemble en rien à ces élites comme on dit, il ne fait pas partie de l’establishment et j’adore ça !".

Publicité
"Je ne sais pas faire une division ou une simple multiplication"Après avoir évoqué son rapport et la fidélité et les coulisses de sa relation avec Nicolas Sarkozy, l’interprète du Pingouin a également parlé de sa vie de famille. J’aime "la douceur des fin de journées, sauf pour ce qui est des devoirs" des enfants, raconte-elle dans l'interview. "Là, je peux perdre mes nerfs. Il est clair que je ne peux pas les aider. Je ne sais pas faire une division ou une simple multiplication, je n'ai jamais su, je crois... Avec mon fils ainé, je regardais en douce sur mon téléphone !", avoue-t-elle ensuite, avant d’ajouter : "Je ne sais pas faire une division ou une simple multiplication, je n'ai jamais su, je crois..."

En vidéo - Carla Bruni parle de Nicolas Sarkozy et le compare à Nietzsche 

Publicité