Dans une vidéo diffusée depuis jeudi, la chaîne montre le début de l'altercation qui a opposé le journaliste et son équipe à un groupe de jeunes à Sevran, lors du tournage d'une émission sur l'islam en France.

En avril dernier, à Sevran, Bernard de la Villardière enregistrait le numéro L’islam en France : la République en échec pour l’émission Dossier Tabou (M6). Une altercation avait éclaté entre le journaliste et un groupe de jeunes. Ces derniers affirmaient que l'équipe de M6 n’avait pas été respectueuse à leur égard. Malmené par les jeunes du quartier, le reporter s'était exclamé : "Je suis dans mon pays, et j’ai le droit de faire ce que je veux".

À lire aussi – Sevran : les jeunes expliquent leur altercation avec Bernard de La Villardière

Des versions opposées et des vidéos pour preuves

Afin de défendre son collaborateur, M6 a diffusé jeudi la vidéo du début de l’altercation. On y voit l'équipe de tournage qui s'apprête à filmer l'interview d'un imam. Les jeunes Sevranais arrivent et mettent en doute la légitimité de l'imam. Ils affirment qu'ils ne l'ont jamais vu et qu'il n'est pas le propriétaire de la "mosquée des Radars", comme il le prétend. L'atmosphère s'échauffe et amorce la rixe qui arrivera ensuite. Contrairement à ce qu'avaient déclaré les jeunes, Bernard de La Villardière se montre courtois avec eux et leur dit "bonjour".

Pour rappel, l'un des jeunes avait déclaré au site Buzzfeed ceci : "On s’est demandé qui était cet imam qui n’a jamais mis les pieds à Sevran. Sauf qu’aucun des journalistes n’a répondu à nos bonjours. La Villardière nous a simplement ignorés et a dit à son équipe : 'C’est bon on tourne'". Les jeunes du quartier avaient dans la foulée publié une vidéo prise avec leur téléphone montrant un bout de l'atercation. Cette vidéo des jeunes, reprises sur de nombreuses sites, avait été abondamment commenté, apportant un lot de critiques à l'égard du journaliste de M6 et de son équipe de tournage.

La réaction virulente de Bernard de La Villardière

Pour mettre fin à cette polémique, Bernard de la Villardière a posté un message sur son compte FacebookDans cette attaque ciblant ses détracteurs, le journaliste s'est défendu des reproches qu'on lui a fait de "ne pas avoir dit 'bonjour' (...) à la bande de 'loulous' qui (l)'a pris à parti". Le journaliste met en outre Enora Mallagré dans le camp des "crétins décérébrés qui (lui) mordillent les mollets depuis quelques jours".

Il s'en prend également à Éric Mettout, auteur d'un billet lapidaire à son égard dans L'ExpressSelon lui, le rédacteur adjoint du magazine s'offusque idiotement qu'"un type avec une particule et des chaussure de ville (tâche) de comprendre pourquoi des gosses ont pu rejoindre les rangs de Daech".

Publicité
Vincent Régnier, directeur des magazines d'info sur M6, s'est à son tour exprimé, auprès du site OzapSelon lui, Bernard de la Villardière n'a ni fait preuve d'irrespect, ni mal réagi. "Quand on vous agresse, vous croyez que votre premier réflexe est de dire bonjour ?! Alors qu'il avait dit bonjour dix minutes avant en plus !", s'est-t-il indigné.
Publicité