Se faire la bise est devenu un vrai sujet de société. Entre propagation des microbes et soucis de politesse, les débats sont nombreux. Explications avec Anne Picard-Wolff, maire de Morette, ainsi que Matthieu Lafaurie, infectiologue à l’hôpital Saint-Louis.

En Isère, Anne Picard Wolff, maire de Morette, s’est positionnée contre le fait de faire la bise au travail, expliquant que ce rituel la pesait. Elle a ainsi décidé d'envoyer un mail aux élus de sa communauté de communes pour leur expliquer qu’elle "ne voulait plus leur faire la bise", craignant "de tomber malade à chaque contact humain", nous explique-t-elle.

"Ce n'était qu'une simple demande de ma part de ne plus faire la bise à mes collègues élus. Tous mes collègues ont accepté ma demande. Il ne pouvait en être autrement, ma demande était sincère, sans arrière-pensée et il y a une très bonne entente au sein de notre communauté de communes", poursuit Anne Picard-Wolff. 

Cette décision a provoqué de nombreux débats. Et pour cause, cela signifierait-il qu’il faudrait arrêter de faire la bise en société ? Pour Matthieu Lafaurie, infectiologue à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, il est vrai que faire la bise accentue la propagation des microbes… uniquement quand une personne "saine" dit bonjour à une personne malade, ou l’inverse. "A ce moment ce sont surtout les microgouttelettes lors de la toux qui pourraient transmettre des microbes", précise-t-il.

Que doit-on faire alors ?

Publicité
Comme l’indique l’infectiologue, se serrer la main est encore pire que de se faire la bise concernant les microbes car c’est "un mode majeur de transmission des virus". Raison pour laquelle d’ailleurs, chaque médecin "utilise les solutions hydro alcooliques dans les lieux de soins avant et après tous les soins aux patients", ajoute le spécialiste. Selon un sondage réalisé par le magazine ELLE, près de 55% des personnes pensent que la bise au travail est très gênant lorsqu’on y est obligé. Ils sont  également 12 % à penser que faire la bise est loin d’être hygiénique.

Enfin, les 33% restants, ne sont pas plus dérangés que cela de faire la bise.

En vidéo sur le même thème : "Faut-il abolir la bise ?"

mots-clés : Travail

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité