Un homme de 56 ans a été mis en examen et écroué ce jeudi pour l’assassinat de Christelle Blétry en décembre 1996. Le tueur présumé aurait été confondu par son ADN.

Le meurtrier présumé de Christelle Blétry, tuée de 123 coups de couteau en 1996 à Blanzy (Saône-et-Loire), a été écroué ce jeudi. L’individu aurait été confondu grâce à des analyses ADN sur les vêtements de la victime.

L’homme a été identifié "parce qu'il était inscrit dans le fichier Fnaeg (Fichier national des empreintes génétiques)", a souligné Me Herrmann, l'une des avocats de la famille de la victime. Le profil du tueur présumé figurait dans le dossier depuis 2004 : il s’était alors rendu coupable d’une agression sexuelle avec couteau, nous apprend Le Nouvel Observateur qui a révélé l’arrestation.

Marié et père de deux enfants, l’individu de 56 ans a été arrêté par la police judiciaire de Dijon dans les Landes, où il avait élu domicile. Au moment de l’affaire, il vivait dans le secteur de Blanzy, près de Montceau-les-Mines.

L’énigme du meurtre de Christelle Blétry – âgée de 20 ans au moment du drame – fait partie du dossier dit des "disparues de l’A6" : huit jeunes femmes avaient été tuées en Saône-et-Loire entre 1986 et 1999, dans un rayon de 200 km.

L’homme aurait avoué 18 ans après le meurtre

Publicité
"A priori on a des aveux aujourd'hui", a expliqué l’avocate de la famille. "Je n'ai pas de doute que nous avons des éléments sérieux", a-t-elle encore ajouté avant de préciser que l’une des autres énigmes des disparues de l’A6 datant de 27 ans avait été résolue il y a deux ans.

Le parquet de Chalon-sur-Saône doit tenir une conférence de presse ce vendredi matin sur cette affaire "compte tenu des avancées notables des investigations réalisées".

 > Vidéo sur le même thème : un suspect arrêté pour des meurtres commis en 1996

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité