Chargés d'inspecter la voiture de Nordhal L., principal suspect dans l'affaire Maëlys, quelques jours après la disparition de la petite fille, deux chiens policiers auraient été intoxiqués et pris de vomissements juste après leur intervention.

L'élément à de quoi semer le trouble. Une fois de plus... Deux bergers malinois du service d'odorologie de la police nationale auraient, selon le Parisien, été en proie à des vomissements peu après leur intervention. Sollicités afin de trouver des preuves dans la voiture du suspect, il semblerait que les deux chiens du service central d'identité judiciaire d'Ecully (Rhône) aient tout bonnement été empoisonnés. C'est, tout du moins, ce qu'affirme le quotidien. À l'origine de cette intoxication, le détergent utilisé par Nordhal L. dans son véhicule le 27 août dernier. L'homme de 34 ans avait été filmé en train de nettoyer sa voiture avec vivacité durant plus de de deux heures dans une station service. Il s'était, ensuite, justifié en indiquant qu'il devait l'utiliser quelques jours plus tard. Utilisée en France depuis 2003 en France, l’odorologie a pour objectif d'identifier les odeurs détectables d’une victime ou d’un auteur.

"Un appel à la vérité"

Publicité
Disparue dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août à Pont-de-Beauvoisin (Isère), où elle assistait à un mariage avec ses parents, la petite Maëlys, 9 ans, est donc toujours activement recherchée. Jeudi dernier, les parents de la fillette sont sortis de leur silence. A l'occasion d'une déclaration à la presse, ils ont demandé à l'homme de 34 ans de "révéler ce qu'il sait". Pour la première fois depuis la disparition de leur fille, ils se sont exprimés publiquement et ont tenté, à cette occasion, de lancer, selon leur avocat Fabien Rajon, "un appel à la vérité".

En vidéo - Un mois après la disparition de Maëlys, où en est l'enquête ? 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité