Dans l'affaire des disparus d'Orvault, la police cherche à en savoir sur les personnalités des membres de la famille. Mais leurs portraits dessinés par les éléments de l’enquête se heurtent aux témoignages des proches.

L'enquête policière contre les témoignages des proches, deux visions de la famille Troadec qui s'opposent parfois. C'est le cas du fils aîné. Dans les premiers rapports d'enquête, Sébastien est ainsi décrit comme fragile psychologiquement. La découverte de messages troublants postés par le jeune homme sur les réseaux sociaux est venue confirmer cette théorie, sans toutefois attester de sa responsabilité dans la disparition de sa famille. Ses amis sur Internet, à qui Sébastien parlait de ses conflits avec son père ou de la mort, ne l'imaginent "pas faire de mal à qui que ce soit", rapporte 20minutes.fr. "Il se disait déprimé. Il a déjà évoqué le suicide mais je pense que c’était plus une manière de montrer qu’il pouvait se sentir mal qu’une réelle intention", explique un de ses amis.

Ceux qui le connaissaient dans la vraie vie ne reconnaissent pas non plus leur ami dans le portrait qui est fait de lui. "Je ne le vois pas tuer ou kidnapper quelqu’un. Pour moi, c’est impossible", a déclaré Gabin à Europe 1. "On se regroupait lors de petites soirées entre copains. Il venait tout le temps, il était gentil, un petit nounours". Les étudiants qui le côtoyaient en classe le décrivent également comme un étudiant "sociable". Une amie de Charlotte, sa sœur, a expliqué à l'Agence France-Presse qu'il était "renfermé, mais amical", rapporte Francetvinfo."Son frère, on ne peut pas dire qu'il n'est pas normal, mais il est un peu spécial, dans son monde" a-t-elle déclaré. Une personnalité réservée mais qui, pour les proches de Sébastien, n'explique pas pour autant ces soupçons.

"Rien de particulier à signaler"

Outre le fils, le père aurait également souffert de dépression par le passé. Les bruyantes disputes avec son épouse et les relations conflictuelles avec son fils, rapportées par des voisins, ont conduit les enquêteurs à s'intéresser à la personnalité de Pascal Troadec. De l'extérieur, il semblait pourtant appartenir à une famille sans problème. Au sein de son entreprise, il est décrit comme "sympa mais discret". "Il ne parlait pas trop de sa vie personnelle ou de sa famille. C’était un gars tout à fait normal. Rien de particulier à signaler", a expliqué un de ses collègues à l'AFP selon le Nord Littoral.

Publicité
Chez la fille, Charlotte, âgée de 18 ans, rien ne semblait non plus, en apparence, indiquer des problèmes familiaux. "Elle était assez discrète et souriante. Je savais qu’elle avait un frère mais elle ne m’en a jamais parlé beaucoup. Une fois, j’ai vu ses parents. Ils étaient normaux, aimants, très proches de leur fille. (...) Ça ne m’avait pas l’air d’être une famille à problèmes", a raconté une amie à LCI.fr. Mais la vérité semblait plus complexe. "Nous ne sommes que trois à savoir, pour Charlotte. À tout savoir sur sa famille. La police nous a interrogées au commissariat, sa meilleure amie, moi, et une autre fille, parce que nous sommes ses plus proches amies. (...) Vu sa situation familiale, elle ne la racontait pas à tout le monde", a déclaré une amie très proche de la jeune fille aux journalistes. De nombreuses zones d'ombre restent donc à éclaircir sur cette famille et leurs relations.

En vidéo sur le même thème : Famille disparue à Orvault : le sang retrouvé appartient bien à la famille

mots-clés : Famille disparue
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité