Les quelques privilégiés qui ont assisté au dîner du Crif mardi ont dû débourser 900 euros pour cela. Une somme dont ils pourront cependant déduire une bonne partie de leurs impôts et qui sera donc financée par les contribuables. Plus de détails.

Assister au dîner du Conseil représentatif des institutions juives (Crif), ce n’est pas donné. Compter pour cela 900 euros par personne, ainsi que le révèle le carton d’invitation à cet évènement qui circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Heureusement pour les invités, sur cette somme, 800 euros sont déductibles de leurs impôts.

Aussi, dans un billet publié sur le site Arrêt sur images et repéré par Metronews, Daniel Scheidermann souligne que "ce dîner de gala" a été en grande partie financé par les contribuables.

A lire aussi - Dîner du Crif : les phrases choc de François Hollande

Une "déduction fiscale, et non un remboursement"

Sans démentir cette conclusion, le vice-président du Crif a toutefois tenu à préciser certains points. Contacté par Arrêt sur images, Yonathan Arfi a ainsi souligné que "non, l’Etat ne rembourse pas 800 euros" sur les 900 euros facturés à chaque invité. "La mention ("Cerfa à 800€ déduction", ndlr) indique seulement que sur les 900 euros dépensés pour participer au dîner, seuls 800 euros sont considérés comme un don, les 100 euros restants sont le prix du repas uniquement", a-t-il ensuite expliqué. Et celui-ci d’insister : "seuls les 800 euros ouvrent droit à une déduction fiscale, et non un remboursement".

Publicité
Les personnes qui ont payé pour assister à ce dîner peuvent donc, et ainsi que le prévoit la loi pour les dons aux associations, déduire de leurs impôts 66% de ces 800 euros, soit 528 euros, détaille le site. Mais si cette somme n’est pas payée par les invités, cela veut donc dire qu’elle sera prise en charge par l’Etat et donc, indirectement par les contribuables.

Vidéo sur le même thème - Hollande au dîner du Crif : "En France, l'antisémitisme a deux sources"