Le navigateur Alain Thébaut a conçu le Sea Bubble, une sorte de voiture volante destinée au milieu urbain. Anne Hidalgo souhaite que Paris soit la première ville équipée de ce nouvel engin. 

©Seabubble / Alain Thébault

Dans un avenir proche, des véhicules volants pourraient survoler la Seine grâce au nouveau projet d'Alain Thébault. Le navigateur qui a co-designé avec son mentor Eric Tabarly, l'hydroptère, un catamaran qui vole au-dessus des flots, présente aujourd'hui sa petite soeur, SeaBubble, une adaptation à petite échelle.

Sea Bubble se présente comme un petit véhicule de quatre places à mi-chemin entre voiture citadine et bateau. Doté de deux petits moteurs électriques, il circulera au raz de l'eau et sa vitesse dépendra de la législation en vigueur (18 km/h). Le seul contact avec l'eau en circulation est fait par les quatre foils, c'est à dire les ailes latérales qui se déplacent dans l'eau. Selon le navigateur "cela préserve les rives et les habitants des péniches des remous". 

A lire aussi : Restrictions de circulation à Paris : quels sont les véhicules concernés ?

Projet destiné aux particuliers

"Je cherche à rendre aux urbains l'accès aux fleuves, lacs et rivières", a expliqué Alain Thébault au FigaroLe navigateur espère développer ce service pour les particuliers. Le but est de créer une synthèse entre le taxi et la voiture en libre-service afin de faciliter les trajets urbains au quotidien. "Dans un premier temps, il y aura des chauffeurs, mais rapidement, notre véhicule peut devenir autonome", a ajouté Alain Thébault. Le navigateur cherche à concevoir un véhicule utilisable par tous, notamment au niveau des pontons d'embarquement. 

Ce projet a séduit Anne Hidalgo. La maire de Paris souhaite en effet que la ville soit la première a bénéficier des Sea Bubble. Ce projet du futur a également interpellé Henry Seydoux, le patron de Parrot qui a décidé de le soutenir financièrement. Alain Thébault cherche actuellement des nouveaux investisseurs.

Publicité
La construction du premier prototype est en cours et les premières démonstrations devraient avoir lieu début 2017, si Alain Thébaut parvient à finir de financer ce projet. Le prix de vente pour le grand public pourrait s'élever à environ 30 000 euros. Le navigateur français espère notamment séduire les villes californiennes comme San Fransisco et Los Angeles.

 En vidéo sur le même thème : Montez à bord de la première voiture volante 

Publicité