A Tourcoing, dans le Nord, une récente retraitée n'a toujours pas perçu ses prestations. En cause ? Selon la CAF, la sécurité sociale et les caisses de retraites, elle serait morte.

Une histoire à coucher dehors. Dans un article de La Voix du Nord paru jeudi dernier, on apprend qu'une retraitée n'a toujours pas touché son dû à cause d'une grotesque erreur administrative. En effet, Nicole Foutrel est morte aux yeux des diverses caisses d'allocations. Décédée non pas une mais trois fois selon les différents organismes, la Tourquennoise n'a toujours pas perçu de retraite, alors que son dossier a été déposé en juillet dernier.

Décédée trois fois

En juillet dernier, la femme bientôt retraitée avait déposé son dossier pour une retraite arrêtée au 1er novembre. Sans nouvelle de la caisse de retraite CARSAT, elle ne s'en faisait pas vraiment, en tout cas au début. Puis, une fois sa date de fin de carrière atteinte, Nicole Foutrel, toujours sans nouvelle de l'organisme, a commencé à s'énerver, à appeler et à envoyer des e-mails pour réclamer son dû. Finalement ce n'est que le 15 décembre que CARSAT l'a appelée pour lui annoncer une étrange nouvelle : pour la sécurité sociale, elle était morte depuis le 28 août. Ni une ni deux, la fausse-morte a contacté la sécurité sociale qui a confirmé qu'elle était bien en vie.

A lire aussi - Chirac, VGE : découvrez le montant de leur retraite

Ce n'est pas tout. Puisqu'elle avait également travaillé dans le privé, Nicole Foutrel s'était aussi tournée vers Humanis, la caisse de retraite compétente. A son tour, l'organisme lui a annoncé sa mort. Cette fois-ci le décès remontait au 23 juillet. De mieux en mieux. Comme le veut l'expression "jamais deux sans trois", au mois de janvier, la retraitée dépourvue de toute retraite s'est finalement vue annoncer son décès par la CAF.

Un certificat de vie s'il vous plaît

Publicité
Pour prouver qu'elle était toujours de ce monde, la retraitée a dû fournir un certificat de vie à sa caisse de retraites privées, Humanis. "J'ai dû fournir un certificat de vie. Je n'imaginais pas que ça pouvait exister", a-t-elle déclaré à La Voix du Nord. Selon ses dires, le personnel de la mairie n'en a pas cru ses yeux lorsqu'elle a demandé ce justificatif. Si elle est désormais en vie dans tous les dossiers, Nicole Foutrel a déploré sur France 3 que son "dossier n'avance pas davantage pour autant". Elle se contente actuellement du RSA, soit 540 euros par mois.

Vidéo sur le même thème - Comment booster ses droits à la retraite ?