Alors que la fin du ramadan tombe cette année le jour des convocations aux rattrapages du Baccalauréat, il a été décidé que les candidats qui fêteront l’Aïd pourront se présenter le lendemain. Une mesure qui agite certains politiques. 

Les résultats du Baccalauréat 2016 seront dévoilés ce mardi. Et comme tous les ans, certains candidats malheureux qui ne l’auront pas obtenu du premier coup pourront retenter leur chance lors des rattrapages prévus le lendemain. Mais cette année, certains d’entre eux pourront être convoqués le surlendemain. Une exception annoncée lundi par Vincent Goudet, le directeur de la Maison des examens (Siec), qui gère l’organisation des épreuves du Bac en Ile-de-France. Ce dernier a en effet expliqué que, comme la fin du ramadan allait cette année tomber le 6 juillet, les bacheliers qui allaient fêter l’Aïd el-Fitr (rupture du jeûne) auront la possibilité de différer d'une journée leur passage aux rattrapages.

A lire aussi – BAC 2016 : consultez les premiers résultats officiels !

"Depuis une dizaine de jours, nous avons été sollicités par des chefs de centres d'examens, qui s'interrogeaient sur la conduite à tenir pour les candidats ou les interrogateurs qui demanderaient à bénéficier de l'Aïd el Fitr", a expliqué Vincent Goudet, précisant que : "pour répondre à cette demande, on a rappelé la réglementation applicable, le 30 juin".

Publicité
Une circulaire prise quand François Fillon était ministreEn effet, une circulaire datant du 18 mai 2004 et prise par le ministre de l’Education Nationale d’alors, François Fillon, prévoit que, même si "les convictions religieuses ne sauraient être opposées à l’obligation d’assiduité ni aux modalités d’un examen (…) Des autorisations d’absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les grandes fêtes religieuses qui ne coïncident pas avec un jour de congé et dont les dates sont rappelées chaque année par une instruction publiée au Bulletin officiel". Ce qui est le cas de l’Aïd el-Fitr tous les ans. Et ce que n’a pas manqué de souligner le ministère de l’Education nationale : Le Siec a "appliqué deux circulaires prises par les précédents gouvernements. C'est d'ailleurs selon ces mêmes règles que certains bacheliers de confession juive ont pu bénéficier d'un report de l'oral lundi 13 juin 2016 dernier à l'occasion de la Pentecôte (Chavouot)".

Plusieurs politiques de droite sont montés au créneauPour autant plusieurs voix se sont élevées à droite pour dénoncer la mesure appliquée par le directeur de la Maison des examens.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité