D’après un rapport confidentiel, un nouveau scénario inquièterait les services de renseignement : celui d'attentats perpétrés par des étrangers sur le sol français.

Changement de tactique pour Daech ? France Info a récemment révélé qu’un rapport confidentiel des services français de renseignement faisait état de ses craintes concernant les intentions du groupe terroriste. Les combattants de Daech auraient adopté une nouvelle stratégie : les "frappes obliques". Ainsi, ils ne seraient plus amenés à perpétrer des attentats sur le territoire dont ils sont originaires mais dans les pays voisins. Un terroriste français pourrait désormais frapper en Allemagne, tandis qu’un terroriste espagnol se chargerait d’attaquer la France.

A lire aussi - Terrorisme en France : "un commando de 10 Merah" a été neutralisé

Le but est d’échapper aux radars des services de renseignement. Un djihadiste français de retour de Syrie a plus de chance d’être surveillé dans son propre pays. Mais si ce dernier part opérer ailleurs en Europe, il aurait plus de facilité à passer inaperçu.

En effet, les services de renseignement n’échangent pas forcement toutes leurs informations. Comme le souligne France Info, l’attaque du Thalys avait été révélatrice de cette problématique. Ayoub El Khazzani, l'auteur présumé de l'attentat déjoué, avait été repéré en Espagne, en Allemagne, en Belgique et même en France où il avait fait l’objet d’une fiche S (pour "sûreté de l’Etat"). Pourtant, les services avaient eu beaucoup de mal à se coordonner entre eux.

Environ 500 Français combattraient toujours dans les rangs de Daech

Récemment encore, des pontes de l’antiterrorisme avaient mis en garde la France. L’ancien juge antiterroriste Marc Trévidic a ainsi estimé que "la France est l’ennemi numéro un de l’Etat islamique", tandis que le Canard enchaîné expliquait que les services de renseignement redoutaient un "11 septembre français".

Publicité
Par ailleurs, selon les informations de France Info, environ 500 Français combattraient toujours dans les rangs de Daech en Irak et en Syrie. Et au total, plus de 1 700 Français auraient été "formellement identifiés pour leur implication dans le djihad".

En vidéo sur le même thème - Hollande : "La lutte contre le terrorisme se poursuivra"