Des élus de la Chambre d’agriculture du Finistère ont profité d’un séjour de 10 jours en Afrique du sud à 80 000 euros, en pleine crise des éleveurs.

Organiser un voyage à 80 000 euros en Afrique du Sud pour 25 personnes, en plein crise des éleveurs. Telle est la (mauvaise) idée qu’a eu la Chambre d’agriculture du Finistère. D’après un communiqué de la Coordination rurale, 11 élus, deux administratifs et 12 de leurs conjoints sont partis en escapade pendant 10 jours, du 28 novembre au 11 décembre.

Mercredi, deux syndicats minoritaires dans la Chambre d’agriculture, la Confédération paysanne et la Coordination rurale, ont tenu une conférence de presse, relayée par le Télégramme, pour avoir des explications. Rappelant qu’ils n’étaient absolument pas au courant de ce projet, ils ont précisé : "Les finances de la chambre sont très serrées. Nous voulons savoir ce que l'on fait de l'argent qui doit revenir aux agriculteurs".

"Aller là-bas [en Afrique du sud, ndlr] en période de crise, c'est être déconnecté de la réalité. Beaucoup de professionnels n'ont plus confiance dans leurs syndicats, cette opération risque de les discréditer encore plus", s'est indigné Véronique Le Floc'h de la Coordination rurale.

"Aller voir ailleurs" pour se développer

Interviewé par le site Terra, André Sergent président de la Chambre d’agriculture du Finistère a répondu à la polémique : "Je sais que des SMS circulent encore à propos du voyage d'étude que nous avons effectué l'année dernière avec des chiffres démesurés sur le coût de ce déplacement. De tous temps, l'agriculture bretonne s'est développée chaque fois qu'elle est allée voir ailleurs et c'est un devoir pour les responsables de toutes les organisations agricoles. On ne prépare pas l'avenir en restant chez soi".

Publicité
Jean-Hervé Caugant, vice-président de la Chambre, a quand même tenu à préciser que les conjoints des élus ont assuré leur part du voyage. "Le voyage a coûté 80.000 euros dont 27 818 euros représentant la part des conjoints qu'ils ont assumée", a-t-il affirmé au Télégramme. Les 50 000 euros restant ont été pris en charge par la Maison de l'élevage, association liée à la Chambre. "Ce voyage était prévu depuis 2014, et nous avions failli l'annuler. Finalement, ce n'est jamais le bon moment", a confié Jean-Hervé Caugant.

Vidéo sur le même thème : Crise Agricole : Manuel Valls annonce une baisse des cotisations sociales de 7 points.

Publicité
Publicité