Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse du Sud ce mercredi, l'avocat Maître Antoine Sollacaro il y a un mois, et bien d'autres avant... Pourquoi y a-t-il tant de crimes en Corse ? Quel est le vrai problème sur l'île ?

Jacques Nacer, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse du Sud a été abattu froidement ce mercredi en fin de journée dans sa boutique de prêt-à-porter masculin par un homme cagoulé ou masqué... Un mois avant, l'avocat pénaliste Antoine Sollacaro avait connu le même sort...

Depuis 2007, on compte pas moins de 103 assassinats en Corse, en mettant de côté les tentatives... La Corse, avec ses 305 000 habitants, est devenue la région la plus criminogène d'Europe. Mais que se passe-t-il en Corse ? Quel est le problème de cette petite île française ?

Un dicton corse explique que "ogni morte vole a so scusa" (Toute mort exige un prétexte). Et l'île en sait quelque chose. C'est pour cette raison qu'on ne peux s'empêcher de penser à une guerre des clans. En effet, ce n'est pas les agressions ou la petite délinquance qui règnent sur l'île... Mais bien les règlements de compte entre membre du grand banditisme. Les chefs, comme les petites mains.

Une guerre de territoireEt si ces bandes disposent de quelques ancrages sur le continent, elles sont tout de même fortement liées à leur région, la Corse. Les clans se partagent géographiquement. Une partie occupe la Haute-Corse, l'autre, la Corse du Sud.

Dans le nord, le groupe de la "Brise de mer" fait sa loi. Au sud, le clan de Jean-Baptiste Jérôme Colonna. Tout était bien huilé jusqu'en 2006, date où les règlements de compte se sont accélérés. Jean-Baptiste Jérôme Colonna, 67 ans, décède dans un accident de voiture, près de Porto-Pollo. Au sud de la Corse, il était l'un des hommes les plus influents du milieu. Son décès provoque alors une période de doute, à la recherche d'un nouveau "chef", et des guerre de bandes.

Depuis cette période, la Corse du Sud connaît de nombreux meurtres, dont des membres du bâtiment, qui ont délaissé le banditisme pour se ranger. Mais ces hommes sont exécutés, souvent en pleine rue, par des hommes cagoulés et armés, entraînés comme s'ils appartenaient à l'armée...

Des rivalités internesEn Haute-Corse, ce n'est pas vraiment mieux... La bande de la Brise de mer, qui s'intéresse également à la Corse du Sud, se dispute. Il suffit de regarder le parcours de l'un de ses chefs, Francis Mariani, qui s'échappe de son procès pour complicité d'assassinat en 2008, mais est victime d'une tentative de meurtre peu après. Il aura toujours pensé que ces anciens compagnons de la Brise de mer étaient derrière tout ça, et cherchera sans cesse à prendre sa revanche.

En 2009, il décède dans l'explosion de sa voiture. Si les analyses scientifiques ne peuvent pas affirmer s'il s'agit d'un meurtre ou d'un accident, la police est tout de même de plus en plus persuadée qu'il s'agit d'un crime.

Pendant que la Brise de mer s'entretue, un autre groupe fait surface. On les surnomme "ceux de la plaine", ou les "bergers braqueurs". Leur chef, Ange-Toussaint Frederici, se fait appeler ATF. Lors de son procès pour assassinat en 2010, on fait un bilan de cette organisation, des chefs, et des autres. L'un d'entre eux d'ailleurs sera assassiné un mois plus tard sous les yeux de sa famille.

Le problème de l'immobilierLes problèmes de bandes et de territoires non résolus expliquent en partie les crimes qui ont lieu en Corse, mais ce n'est pas tout. L'île de beauté est également victime de son succès touristique. L'immobilier Corse en pleine expansion attire bien des convoitises, et met les élus locaux en pleine ligne de mire.

Publicité
Les concessions accordées à des - plus ou moins- proches, plutôt qu'à d'autres, et l'ambition des promoteurs créent des jalousies... Et conduisent régulièrement à voir des chantiers victimes d'attentats...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité