Deux hommes sont actuellement jugés devant la cour d’assise des Hauts-de-Seine. Ils sont soupçonnés d’avoir maquillé en suicide le meurtre d’une riche veuve vivant sur une péniche à Neuilly-sur-Seine en 2005. Plus de détails.

Qu’est-il arrivé à Dominique Aubry la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2005 ? Cette riche veuve habitant une péniche à Neuilly-sur-Seine s’est-elle suicidée ou bien a-t-elle été victime d’un meurtre ? Deux hommes comparaissent actuellement libres devant la cour d’assises des Hauts-de-Seine. Amis de la défunte de 57 ans, Franck Renard Payen, 42 ans, et Olivier Eustache, 44 ans, sont accusés d’avoir maquillé son meurtre en suicide. Proches de Dominique Aubry, tous les deux ont passé la soirée du 30 novembre 2005 avec sur sa luxueuse maison flottante. Selon leurs dires, ils l’auraient quittée vers 21h30 après avoir beaucoup bu. Son corps a ensuite été retrouvé pendu le lendemain. La justice tente désormais de déterminer si cette veuve d’un célèbre marchant d’art a bel et bien décidé de mettre fin à ses jours ou bien si elle a été victime d’un meurtre.

Franck Renard Payen est son légataire universelSelon les proches de la défunte, il est impossible que celle-ci ait voulu en finir car elle avait consommé trop d’alcool et de médicaments. Un mélange qui l’aurait mise "dans l’incapacité" de se suicider. Toujours selon la famille de Dominique Aubry, il apparaît évident que les deux accusés ont voulu la tuer pour empocher son héritage estimé à 14 millions d’euros. En effet, deux mois avant sa mort, la veuve fortunée avait fait de Franck Renard Payen, alors endetté de plusieurs dizaines de milliers d’euros, son légataire universel. Quant à Olivier Eustache, l’accusation pense qu’il aurait pu profiter de la fortune léguée à son ami. Son ADN a par ailleurs été retrouvé sur la corde de marin au bout de laquelle le corps de Dominique Aubry a été découvert. "Il semble que les deux hommes ont tout fait pour isoler la victime", a également relevé le procureur Marc Rouchayrolle. Tous les eux encourent la réclusion criminelle à perpétuité. "Dominique Aubry était suicidaire. Elle a tenté de mettre fin à ses jours en juillet 2005, a menacé de le faire peu de temps après. L'envie de mourir était une idée fixe chez elle", a de son côté fait valoir Me Dupond-Moretti, le conseil d’Oliver Eustache.

Publicité
Une affaire "complexe et digne des meilleurs polars"Cette affaire a par ailleurs d’abord été classée sans suite avant que les deux suspects ne soient finalement mis en examen en 2008. Une ordonnance de non-lieu a ensuite été prononcée en 2011, puis le parquet a fait appel en 2012. La chambre de l’instruction a alors décidé de renvoyer les deux hommes devant les assises. Autant d’éléments qui rendent cette affaire "complexe et digne des meilleurs polars", a confié en enquêteur.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité