Au lendemain du crash d’un Airbus A320 de la compagnie Germanwings dans les Alpes françaises, une boîte noires été retrouvée mais les enquêteurs peinent à rejoindre la zone du drame. Suivez les évènements en direct.

Lundi en fin de matinée un Airbus A320 de la compagnie low cost allemande Germanwing s’est crashé dans les Alpes-de-Haute-Provence, entre Digne-les-Bains et Barcelonnette. L’appareil était parti de Barcelone (Espagne) et devait rejoindre Düsseldorf (Allemagne) et transportait 144 passagers et 6 membres d’équipages. Aucun d’entre eux n’aurait survécu. Aussi, ce crash est considéré comme la pire catastrophe aérienne ayant eu lieu sur le territoire français depuis plus de 30 ans.

Au lendemain du drame, "il y a déjà près de 500 à 600 hommes, à la fois gendarmes, sapeurs-pompiers et sécurité civile sur place", a déclaré le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll sur I-Télé.

16h50 : Tenant une conférence sur les lieux du crash aux côtés d'Angela Merkel et Mariano Rajoy, le président de la République, François Hollande, a dit que "l'enveloppe de la deuxième boîte noire a[vait] été retrouvée." Il a par ailleurs affirmé que "tout sera mis en oeuvre pour identifier et remettre aux familles les corps des victimes" et que "le peuple français est aux côtés de l'Espagne et de l'Allemagne dans cette épreuve".

16h30 : "On est aux responsabilités, on assume les responsabilités, on se mobilise parce qu'il faut être mobilisés, on est présents sur le terrain parce qu'il faut être présents sur le terrain. C'est ça l'enjeu, il est simple, il n'y a rien derrière, si ce n'est assumer ses responsabilités", a tenu à rappeler le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. Une réponse aux critiques des élus UMP Eric Ciotti et Lionnel Luca à propos de l'action du gouvernement.

16h23 : Le ministère de l'Intérieur publie des photos de François Hollande à la rencontre des sauveteurs.

15h52 : Madrid annonce que 51 Espagnols figurent parmi les victimes

15h39 : Les trois dirigeants européens ont survolé la zone du crash en hélicoptère.

15h21 : Les conditions de recherches sont "extraordinairement difficiles", a expliqué Manuel Valls à l'Assemblée nationale. Présentant une nouvelle fois les condoléances du gouvernement aux familles des victimes, il s'est également engagé à ce que "toute la vérité" leur soit apportée.

15h04 : La compagnie aérienne a également précisé que 35 Espagnols et 72 Allemands figurent parmi les victimes. "La nationalité de certains passagers n'a pas encore été établie", a-t-elle ajouté.

14h55 : "Nous sommes en contact avec 123 familles", a fait savoir Germanwings dans un communiqué.

14h35 : Le BEA a publié des photos de la boîte noire sur son site:

14h23 : Mariano Rajoy a rejoint le président Français et la chancelière allemande.

14h16 : François Hollande et Angela Merkel sont arrivés en hélicoptère à Seyne-les-Alpes.

13h36 : La compagnie Germanwings a changé la trajectoire de ses vols Barcelone-Düsseldorf pour éviter de survoler la zone du crash.

13h03 : Plus de 900 solutions d'hébergements ont été trouvées pour les proches des victimes.

12h42 : "Aucun corps ne sera rapatrié aujourd'hui", a prévenu Xavier Roy, le coordinateur des moyens aériens sur la zone du crash. "Les priorités pour aujourd'hui sont de localiser les corps et la seconde boîte noire technique", a-t-il également assuré.

12h09 : "Les experts du BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses) et de l'IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) sont sur le site", indique le ministère de l'Intérieur.

11h15 : "L'identification (des victimes) durera des semaines", a déclaré le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, à des journalistes présents sur le site de l'accident.

11h05 : "Les experts du BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses) et l'IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) sont sur le site", indique le ministère de l'Intérieur.

10h20 : Environ 70 chasseurs alpins, spécialistes des missions de haute montagne, sont arrivés en renfort sur les lieux du crash.

9h50 : "Tout est pulvérisé, il n'y a plus rien de discernable. On ne voit rien, on ne peut même pas distinguer un avion", témoigne dans Le Monde un lieutenant des sapeurs-pompiers.

9h30 : Les unes des quotidiens allemands sur le crash qui a coûté la vie à une soixantaine de leurs compatriotes. Le Morgen Post est "sous le choc" tandis que Die Welt cite une phrase d'Angela Merkel : "La peine est incommensurable". En Espagne, dont 45 ressortissants sont à déplorer, La Vanguardia titre "Un vol sans retour" et El Periodico sur la "Désolation".

9h13: Le BEA "a reçu cette boîte, endommagée, mais on pense qu'elle sera exploitable. En deux temps probablement. S'il y a des voix, ce sera assez rapidement. Ensuite, s'il s'agit d'analyser les sons, ça peut demander plusieurs semaines, mais c'est un travail qui va peut-être nous donner l'explication", a indiqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, sur Europe 1.

9 heures : Sur RTL, Bernard Cazeneuve écarte la piste terroriste.

8h53 : Sur i>Télé, Ségolène Royal a apporté des précisions sur les dernières minutes du ce vol censé relié Barcelon à Düsseldorf: "Lors du dernier contact radio, à 10h30, le contrôleur aérien avait indiqué au pilote de maintenir le niveau à 11.400 mètres, et celui-ci a répondu. A 10h31 l'avion commence à descendre sans autorisation. Appelé par le contrôleur aérien, le pilote ne donne cette fois pas de réponse. A 10h35, la tour de contrôle donne l'alerte".

8h50 : Eric Ciotti ne veut pas que le gouvernement "utilise" le crash.

8h41 : Une première boîte noire a été retrouvée. Elle serait endommagée, rapporte l'AFP. Néanmoins, les enquêteurs parisiens vont tenter d'en dévoiler les première informations dès aujourd'hui. Plusieurs enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) sont par ailleurs présents près des lieux du drame, prêts à intervenir. 

8h27 : Un deuil national de trois jours a été décrété en Espagne, pays dont la plupart des victimes étaient ressortissantes.

Publicité
8h14 : Les familles des 150 victimes de ce crash sont attendues dans la matinée à Seyne-les-Alpes où une chapelle ardente a été installée pour eux. La "priorité est la récupération des corps", a assuré le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

8h12 : Cinq gendarmes ont été hélitreuillés hier soir pour assuré la sécurité des lieux pendant la nuit. Un hélicoptère a réussi à rejoindre le lieu du crash ce matin.

8h07 :François Hollande se rendra à Seyne-les-Alpes en compagnie d'Angela Merkel et Mariano Rajoy à 14 heures, a annoncé l'Elysée.

8h05 : Les gendarmes doivent "sécuriser la zone" pour que les hélicoptères puissent travailler, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité