Jeudi, la préfecture de Bastia a lancé une alerte au tsunami. Les restaurants du bord de mer ont été évacués et la panique a rapidement gagner les habitants de la côte Est de l’île.  Finalement, il ne s’est rien passé.

Jeudi soir la terre a tremblé en Grèce, faisant craindre un tsunami sur les côtes corses. Vers 21 heures, la préfecture de Bastia a en effet reçu un message d’alerte du Centre sismique européen. Celui-ci l’informait que, suite au séisme de magnitude 6,1 sur l’échelle de Richter qui venait de frapper la Crète, une île grecque à 100 km au large de l’île de Beauté, il existait un risque de vague-submersion sur la côte Est de la Corse. Toujours selon ce message, le Centre s’attendait à ce que des vagues d’un mètre de haut viennent s’y abattre.

A lire aussi – Météo : cet avant-goût de l’été va-t-il durer ?

Les terrasses et restaurants évacués

Aussi, la préfecture a décidé de lancer une alerte au tsunami et de faire évacuer tous les établissements situés sur le bord de mer. Plusieurs restaurants ont ainsi été contraints de faire sortir leurs clients et de fermer. Corse-Matin précise que des CRS ont également été mobilisés pour sécuriser les terrasses et les établissements évacués. De son côté, BFM TV rapporte que la panique a rapidement gagné les habitants de Bastia et des environs. "Les pompiers du département ont reçu plus de 500 appels en une heure, pour rien", rapporte la chaîne d’informations en continu.

Une erreur de calcul

Publicité
L’alerte a finalement été levée quelques heures plus tard, vers 22 heures, rapporte Corse-Matin. La préfecture de Haute-Corse a ensuite "admis sur l'antenne de RCFM qu'une erreur de calcul avait entraîné cette mesure exceptionnelle d'évacuation", écrit le journal. En effet, "A la suite de nouveaux calculs, le Centre sismique euro-méditerranéen a reclassé le tremblement de terre à 4,9 sur l'échelle de Richter, faisant ainsi disparaître tout risque de vague de submersion et de tsunami sur l'île de Beauté", a souligné BFM TV. En Grèce, le séisme n’aurait par ailleurs pas fait de victime. Plus que de peur que de mal donc.

 Vidéo sur le même thème : Le bulletin météo du 18 août 2050 enregistré par la présentatrice Évelyne Dhéliat