L’épidémie de grippe qui touche actuellement la France a eu des répercussions imprévues, notamment pour les pompes funèbres.

L’épidémie de grippe est particulièrement virulente cette année en France. Elle a touché plus de 2,5 millions de personnes et officiellement 98 personnes sont décédées. Cette épidémie a notamment pour conséquence une surmortalité chez les personnes âgées.

Du jamais vu depuis la canicule

Pour les services funéraires c’est une situation inédite depuis la canicule de 2003: certaines pompes funèbres n’ont plus de créneau disponible pour les crémations. Il n’y a que 170 crématoriums en France et le pic de décès inattendu causé par la grippe a provoqué un rallongement des délais. Comme le rapporte BFMTV, le délai pour les crémations a doublé, allant jusqu’à douze jours, alors qu’habituellement quatre jours suffisent.

La situation est compliquée pour les familles endeuillées qui doivent patienter plusieurs jours. Car si l’hiver est toujours une période chargée, des pompes funèbres croulent encore plus sous les demandes dans certaines régions comme dans le Limousin, la Côte-d’Azur ou encore la région lyonnaise. L’épisode épidémique commence à diminuer mais la situation des pompes funèbres ne devrait pas connaître d’amélioration avant encore un mois.

Lire aussi - Gagner la guerre contre la grippe, défi autrement plus complexe que les victoires acquises sur la variole ou la tuberculose

Une épidémie particulièrement meurtrière

Publicité
Il s’agit de l’épisode de surmortalité hivernale le plus important de ces cinq dernières années. L’Institut national de veille sanitaire (InVS) explique que les plus de 65 ans représentent près de la moitié, environ 48%, des 970 cas graves de grippe admis en réanimation depuis début novembre 2014. Le premier bilan de 98 décès "est évidemment sous-estimé par rapport à la réalité. Simplement, les épidémiologistes comparent a posteriori une surmortalité avec l’ampleur et la durée des épisodes infectieux qui surviennent au même moment", précise le professeur François Bricaire au Parisien, consultant au service des maladies infectieuses de la Pitié-Salpêtrière à Paris. L’urgentiste Patrick Pelloux estime le nombre de morts de la grippe en 2015 entre 5 000 et 7 000.

Vidéo sur le même thème : L’épidémie de grippe à son plus haut niveau