C'est ce que cherchent à savoir des enquêteurs après la mise en examen jeudi d'un enseignant de l'Essonne pour agression sexuelle, alors qu'il avait déjà été condamné en 2006 en Angleterre. 

Condamné pour une agression sur un enfant en Angleterre en 2006, un professeur de mathématiques de 55 ans a pu continuer à exercer sa profession d'enseignant en France. Avant d'être à nouveau mis en examen jeudi pour une nouvelle agression dans l'Essonne.

Les chefs d'accusation contre l'enseignant du collège Blaise Pascal de Villemoisson-sur-Orge, dans l'Essonne, sont nombreux : "agression sexuelle sur mineur de 15 ans, enregistrement d'images pornographiques avec mineur de 15 ans, consultation en contrepartie d'un paiement de sites internet à caractère pédopornographique...", rapporte Le Figaro.

Un dysfonctionnement "inadmissible"

Le plus inquiétant est que l'Education nationale avait été mise au courant de la première affaire, l'enseignant étant obligé d'avertir son employeur. La commission administrative paritaire avait pourtant jugé que "la matérialité des faits reprochés à cet enseignant (est) sujette à caution et que le doute (doit) lui profiter", précise le site. 

Publicité
Face aux faits, la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, a dénoncé un dysfonctionnement "inadmissible". "Cet aveuglement devant des faits si graves ne peut rester sans suite (…) Je prendrai, bien évidemment, le cas échéant, les sanctions qui s’imposent", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse. La ministre a diligenté une enquête administrative afin de faire toute la lumière sur les responsabilités de chacun.

En vidéo sur le même thème - Vallaud-Belkacem: l'enseignant de l'Essonne soupçonné de pédophilie "déjà condamné au Royaume-Uni"