Quelques heures après l'annonce de la disparition du PDG de Total, les réseaux sociaux relayaient des théories conspirationnistes relatives aux circonstances de la mort de Christophe de Margerie.

Des internautes s’en sont fait une spécialité. Dès qu’un événement bouleversant vient surprendre l’opinion, des doutes sur la version officielle circulent rapidement sur les réseaux sociaux et les forums. Ainsi, ce mardi 21 octore, la mort accidentelle de Christophe de Margerie était sur tous les écrans.

Très tôt, des soupçons relatifs aux conditions de l’accident ont émergé et sont venus mettre en cause les premiers éléments de l’enquête. "Une déneigeuse se trouvait là; un peu comme le camion se trouvait sur la route de Coluche?" s’essaye alors un internaute qui, pour le coup, lie deux théories conspirationnistes.

Lire aussi :  Théories du complot : "Elles concernent souvent les domaines de la guerre et du terrorisme"

Contacté par Planet.fr, Nicolas Chevassus-au-Louis, auteur du livre Théories du complot, On nous cache tout, on nous dit rien (éd. First), n’est pas très étonné de l’émergence de thèses complotistes relatives au décès du PDG de Total : "n’importe quel événement frappant fait l’objet d’une ou plusieurs théories du complot" nous indique-t-il.

Ces thèses s’expriment suite à l’insinuation d’un doute qui prend racine sur deux interrogations principales. La première : "vous ne trouvez pas ça bizarre ?". Et la deuxième : "à qui profite le crime ?". "La ‘réponse’ à la deuxième interrogation va suggérer que les présumés bénéficiaires d’un événement en sont les auteurs" précise Nicolas Chevassus-au-Louis.

"Un terreau fertile au développement d’une théorie du complot"

Pour notre spécialiste, le drame observé ce matin constitue "un terreau fertile au développement d’une théorie du complot". En outre, le caractère fortuit de l’accident induit la "certitude" suivante : "c’est impossible qu’une personnalité aussi importante, et PDG d’un grand groupe pétrolier qui plus est,  puisse mourir de cette façon dans un accident".

Ainsi, pour Nicolas Chevassus-au-Louis, "c’est la même histoire que celle que l’on a observé pour l’accident de train de Brétigny. Pour beaucoup, ce n'était pas possible qu’une simple éclisse dont l’entretien a été négligé puisse faire dérailler tout un train".

On retrouve là le même schéma de pensée pour Brétigny, "que pour le 11 septembre" précise le spécialiste. À ceci s'ajoute la "qualité" de la victime. En tant que personne puissante impliqué dans plusieurs dossiers géostratégiques, il n'aurait quasiment pas le droit d'être victime d'un simple accident.

"L’image sur le temps long"

S’il avait eu lieu en France, l’accident de l’avion de Christophe de Margerie aurait sans doute alimenté moins de fantasmes. En effet, l’inconscient collectif joue un rôle considérable dans la perception d’un événement. "L’image sur le temps long que l’on a de la Russie rend encore plus facile l’émergence de telles théories" indique Nicolas Chevassus-au-Louis.

Ce faisant, "du temps de la guerre froide, la Russie était associée à un univers conspirationniste. Par exemple, la tentative d’assassinat de Jean Paul II a fait l’objet de théories liées à la Russie ou à une "filière bulgare" qui sont souvent évoquées sans qu’elles n’eussent jamais été prouvée" poursuit-il. En exemple ci-dessous, le message d'un utilisateur de Twitter persuadé de la responsabilité de Moscou.

De surcroît, les circonstances du crash MH17 en juillet dernier va renforcer le postulat selon lequel les services russes seraient capables de tout ce qui va encourager certains sujets aux théories conspirationnistes à écarter la version officielle.

Publicité
Les conclusions de l'enquête ne sont pas encore connues, mais il y a fort à parier que celles-ci seront contredites et fortement commentées sur les réseaux sociaux et les forums. Et ce, pour répéter en boucle la phrase chère à Jacques Dutronc : "on nous cache tout, on nous dit rien". 

Vidéo sur le même thème - La reconstitution de l'accident d'avion de Christophe de Margerie en 3D