La police des polices (IGPN) enquête actuellement sur les policiers municipaux de Cogolin (Var). Ces derniers sont soupçonnés de préférer les "apéros" organisés dans leurs locaux aux patrouilles. Plus de détails.

Il semblerait que certains policiers lèvent facilement le coude. Et ça ne plaît pas à la police des polices. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) mène actuellement une enquête sur la police municipale de Cogolin dans le Var. Située entre Saint-Tropez et Sainte-Maxime, cette antenne de police serait en effet fréquemment le théâtre d’ "apéros" alcoolisés. Si bien que d’après le Syndicat national de la police municipale (SNPM-FO), le chef de cette équipe se serait même fait retirer son permis de conduire en juin dernier après avoir été arrêté avec un taux d’alcoolémie supérieur à la limite autorisée. Au moment de ce contrôle, l’homme était même au volant de son véhicule de fonction et en tenue officielle.

Publicité
Deux hommes principalement visésDe son côté, Var-Matin a rapporté qu’une cinquantaine de bouteilles d’alcool vides ont été retrouvées dans les locaux de ce commissariat. Et alors que les policiers de Cogolin ont la réputation d’être de bons vivants, toujours prêts à organiser un pot, l’IGPN viserait principalement le chef de la police municipale et le responsable de la brigade de nuit. Le brigadier-chef principal serait par ailleurs visé par une autre enquête. Il aurait en effet détourné des caméras de vidéosurveillance pour pouvoir épier les agents municipaux pendant leur service.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité