Depuis plusieurs semaines, des clowns maléfiques sévissent à travers la France. Entre mauvaises blagues et fausses rumeurs, la police tend aujourd'hui à éradiquer le phénomène.

Cela pourrait faire sourire. Mais la plaisanterie vire très vite à la mauvaise blague. Voilà près d'un mois que des clowns maléfiques terrorisent plusieurs villes françaises. Début octobre, La Voix du Nord relatait les premières manifestations de ces clowns : "Lundi, une collégienne de Sin-le-Noble, dans le Douaisis, dit avoir été poursuivie par un clown armé. Même cas de figure les deux jours suivants avec une jeune fille qui raconte avoir été accostée par un clown, puis une autre de 12 ans qui parle d’un clown armé près de son école qui l’aurait menacée."

A lire aussi : Armés, des mystérieux clowns terrifient des collégiennes à Douai

Le 20 octobre, un jeune homme de 19 ans a été interpellé, à Dourin, par la police pour avoir poursuivi des adolescents. Présenté en comparution immédiate, il a été condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis. Quelques jours plus tard, ce sont quatre jeunes qui auraient rôdé près d'une école de Liévin, armés d'une tronçonneuse.

Enfin le weekend dernier, quatorze adolescents, armés de battes de base-ball et de couteaux, semaient la panique près d'un lycée d'Agde (Hérault). A Montpellier, un homme de 35 ans a reçu, quant à lui, une trentaine de coups de barre de fer par un autre de ces affreux personnages, qui depuis, a été interpellé.

"Pour faire comme sur Internet"

De la série American Horror Story, au livre de Stephen King, Ça, en passant par le tueur en série John Wayne Gacy, l'inspiration ne manque pas pour semer la terreur dans les rues. Mais c'est DM Pranks qui remporte la palme d'or auprès des jeunes. Cette société de production italienne publie des caméras cachées mettant en scène un clown tueur poursuivant des passants, marteau tâché de sang à la main.

Des vidéos qui se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Plusieurs communautés ont été créées sur Facebook pour relater les méfaits des clowns et comptent de plus en plus d'adhérents.

Certains ont même tenté de former une ligue de "chasseurs de clowns" avant d'être interpellés par les policiers de la sécurité publique.

De fausses rumeurs la plupart du temps

Malgré leur caractère inquiétant, les derniers évènements ne sont que des cas isolés. La plupart des témoignages présents sur Internet, de meurtres en pleine rue aux agressions sexuelles sur des mineurs, ne sont que des rumeurs.

Publicité
Pour endiguer la psychose, le ministère de l'Intérieur a toutefois rappelé que le port d'arme sur la voie publique constituait un délit et était passible d'une peine d'emprisonnement. Il a également invité à ne pas relayer les fausses informations circulant sur les réseaux sociaux.

A voir sur le même thème : Le phénomène des faux clowns envahit la France