Après avoir bu 56 verres d'alcool, un homme de 56 ans est décédé samedi soir à Clermont-Ferrand. Sa fille, pointe la responsabilité du gérant du bar dans lequel son père a été servi.

Il s’appelait Renaud et était âgé de 56 ans. Cela s’est passé dans la nuit de vendredi à samedi. Le père de famille passe alors la soirée en compagnie de sa fille Julie, âgée de 21 ans, et ses amis dans un bar du centre-ville. L’établissement dans lequel se retrouve le groupe s’est fait une spécialité des "shooters", ces mini-verres fortement alcoolisés que les consommateurs sont invités à avaler d’un seul trait.

Alors qu’un "record" de 55 verres ingurgités est à battre dans ce bar, Renaud se lance le défi d’en établir un nouveau. En une minute, le quinquagénaire, alors encouragé par l’assistance, en avale une trentaine.

Lire aussi : Quand les agents de la SNCF boivent de l’alcool au travail au dépend de leurs fonctions…

Selon Julie, c’est à ce moment que le gérant du bar informe Renaud qu’il n’est plus qu’à douze shooters du record. Ivre, l’homme accepte et commande les verres manquants. Comme il l’avait fait pour les "shots" précédents, Renaud les tombe à grande vitesse avant d’aller s’assoupir sur une banquette de l’établissement, rapporte La Montagne.

Comme il n’était pas en état de conduire, l’homme est "chargé" dans la voiture d’une amie de Julie le conduisant à son domicile de Cébazat. Âgée de 18 ans, celle-ci explique qu’elle pensait qu’il dormait dans la mesure où "il ronflait abondamment". Arrivé sur place, Renaud commence à vomir et les secours sont alertés. Pris en charge par les pompiers et le SAMU, il décède le samedi soir au CHU de Clermont-Ferrand d’un coma éthylique suivi d’un arrêt cardiaque.    

La responsabilité du barman engagée

"Mon papa est décédé de lui-même mais les verres ont été servis par le bar. Ils lui ont servi 30 shooters et 12 après. Ce n'est que lorsqu'il a bu les 56 verres qu'ils lui ont dit de partir" a expliqué Julie à nos confrères de La Montagne alors que le gérant du bar dément avoir encouragé à la consommation affirmant avoir dit "stop" au bout d’une trentaine de shooters.

Lire aussi : Record : un polonais retrouvé avec 13,74 grammes d’alcool dans le sang

Publicité
Une défense mise à mal par la présence dans le bar (photo à l'appui) d’un tableau sur lequel est inscrit : "Record garçons : Renaud, 56 shooters". En outre, ce dernier pourrait être poursuivi pour non-assistance à personne en danger.  

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :