"Claire Chazal était la dernière grande vedette de la chaîne", estime Aude Dassoville. Co-auteur de "TF1, coulisse, secrets, guerres internes", la journaliste raconte pourquoi l’emblématique présentatrice du JT a été évincée. Interview. 

Planet : Pourquoi le départ de Claire Chazal a-t-il fait autant de bruit l’année dernière ? Aude Dassonville* : "Claire Chazal était la dernière grande vedette de la chaîne. Elle a présenté le JT du weekend sans discontinuité pendant plus de 24 ans ! D’ailleurs, plus de dix millions de téléspectateurs ont suivi son dernier journal. Ce qui montre bien qu’après toutes ces années, elle avait encore une aura très grande auprès du public. Claire Chazal était une grande star. On pourrait même dire qu’elle faisait partie du patrimoine national. Son départ a donc provoqué une onde de choc.

Beaucoup de personnes se sont également indignées du fait qu’elle avait été brutalement écartée et que la direction de TF1 avait été cruelle de la virer après qu’elle a fait sa rentrée. Je ne suis pas d’accord. Au contraire, Claire Chazal a eu le temps de faire ses adieux au public, comme Laurence Ferrari et Patrick Poivre d’Arvor avant elle. Et cela a eu beaucoup plus de panache que si la direction de la chaîne avait diffusé un communiqué en plein été quand tout le monde était à la plage.

Planet : Lui aussi évincé en 2008, PPDA a récemment accusé Nicolas Sarkozy d’avoir été à la manœuvre. Qu’en pensez-vous ? Aude Dassonville : Je ne pense pas que cela soit la vraie raison. Nicolas Sarkozy assure d’ailleurs que ces allégations sont fausses. Je crois que PPDA a ‘simplement’ fait partie de la liste des têtes à faire tomber pour pouvoir changer l’image de TF1. Mais cela doit être plus flatteur pour lui de croire que l’ex-chef de l’Etat l’avait dans son viseur à cause de ce qu’il a dit de lui dans une interview télévisée de 2007. L’ex-compagnon de Claire Chazal l’avait alors comparé à 'un petit garçon'.

Planet : Vous parlez de Claire Chazal comme de la ‘dernière vedette’ de TF1. Pourquoi ? Aude Dassonville : Parce que Claire Chazal n’est pas la seule à avoir été évincée par la direction au cours de ces dernières années. On a le sentiment que Nonce Paolini n’aime pas beaucoup les vedettes. Depuis son arrivée aux commandes de la chaîne, il s’est attaché à la normaliser en rompant avec la période faste qu’elle a connue. Il a complètement mis fin à la période de starification pour envoyer un nouveau signal au public. Avec lui, TF1 est devenue une chaîne moins arrogante, plus modeste.  

Publicité
Planet : Aujourd’hui, il n’y a donc plus de vedettes chez TF1 ?Aude Dassonville : S’il reste encore une, c’est sans conteste Nikos Aliagas. Il est l’animateur qui a les programmes les plus forts. Aimé du public, il cumule de bonnes audiences depuis 2001. Si bien qu’aujourd’hui il a l’une des carrières les plus longues de TF1. Il y a également Anne-Claire Coudray, la remplaçante de Claire Chazal. Ses audiences sont bonnes et elle s’inscrit davantage dans ce que souhaite Nonce Paolini. On l’a d’abord connue sur le terrain et ses reportages lui ont permis d’acquérir une certaine légitimité. Il y a par ailleurs Alessandra Sublet. Vedette du service public, elle a été débauchée par la Une et dois désormais faire ses preuves".

*Aude Dassonville est co-auteur de TF1, coulisses, secrets, guerres internes (éd. Flammarion). 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité