Accusé à tort de viol par son petit-fils, Christian Iacono a sorti un livre sur cette erreur judiciaire. Il avait été condamné à neuf ans de prison, avant d’être acquitté.

Depuis le début des années 2000, il vit un véritable calvaire. Mais Christian Iacono, accusé à tort de viol sur son petit-fils Gabriel, entrevoit aujourd’hui la lumière. Sur Europe 1 jeudi, l’homme de 81 ans est venu présenter son livre, Le mensonge, qui sortira vendredi. L’homme explique qu’il devait écrire le "point final de cette histoire".  Retour sur les cinq choses à savoir sur l’affaire Iacono.

A lire aussi - Six mois de prison pour un viol, la peine trop légère qui révolte l’Amérique

Condamné à neuf ans de prison ferme

Tout a commencé en juin 2000, lorsque Gabriel, âgé de neuf ans, a révélé à ses parents que son grand-père l’avait violé à plusieurs reprises entre 1996 et 1998. Et l’enfant accusera son grand-père pendant des années. Finalement, en avril 2009, Christian Iacono est condamné  en première instance à neuf ans de prison "pour viols et agressions sexuelles".  Une peine validée en appel, en février 2011, par la cour d’appel des Bouches-du-Rhône. Comme l’explique Le Figaro, au cours des deux procès, l’existence de cicatrices indicatives de sévices sexuels sur le corps de l’enfant, ainsi que ses accusations réitérées, ont été jugées "crédibles" et "cohérentes" par plusieurs experts.

Il clame son innocence jusqu’au bout

Dépité par son sort, Christian Iacono avait lâché devant la cour avant la validation de sa peine : "J'irai jusqu'au bout, toute ma vie, pour que mes enfants et mes petits-enfants soient fiers de porter le nom Iacono". Comme le rappelle L'Obs, pendant son procès, il a toujours tenu les mêmes propos depuis les accusations de son petit-fils. "Il n'y a pas un jour où je n'y pense pas et ça m'a détruit… je n'ai jamais eu d'acte ou de pensée, ni même l'idée de toucher un enfant… J'ai un respect énorme pour les enfants, j'en ai soigné qui avaient des cancers et je n'ai pas pu rester, je ne supporte pas de voir un enfant souffrir, dans cette affaire on m'a touché au plus profond de moi-même", avait-il ajouté, en tremblant.

Contre toute attente, son petit-fils se rétracte

Mais en mai 2011, seulement trois mois après la validation de la peine de Christian Iacono, coup de tonnerre : le petit-fils revient sur ses déclarations. Par le biais d’un courrier envoyé au parquet de Grasse, le jeune homme âgé alors de 20 ans explique que son grand-père ne l’a jamais violé. Quelques jours après, il raconte dans Nice-Matin qu’il a bien été violé mais il "ignore par qui". "J’ai peut-être effectué une transposition, désigné mon grand-père à la place de quelqu’un d’autre. Je n’ai pas envie qu’il passe un jour de plus en prison alors qu’il est innocent", annonce-t-il.

Le grand-père acquitté en 2015, le petit-fils lui demande pardon

Après un incroyable rebondissement, Christian Iacono est finalement totalement acquitté en mars 2015 après son procès en révision. Il aura finalement passé seize mois derrière les barreaux entre 2009 et 2011. De son côté, Gabriel Iacono demande pardon à son grand-père. Il explique ce mensonge par l’espoir d’"attirer l’attention" de ses parents et de les réunir autour de lui. Il assure aussi avoir "été convaincu par les divers médecins de la réalité de (ses) propres mensonges jusqu'au premier procès". Sur RTL il y a un an, il avait reconnu que "toute la famille souffre" et il craint "qu’on ne le croie pas". Quant au père de Gabriel, il ne croit justement pas à la rétractation de son fils. "Je ne veux pas donner l'impression de m'acharner contre mon père et d'être contre mon fils, mais je me demande pourquoi cette rétractation. Je n'y adhère pas", avait lâché le cinquantenaire sur Europe 1.

Christian Iacono est ancien maire et médecin

Publicité
Si l’affaire avait fait grand bruit, c’est aussi parce que Christian Iacono était maire de la ville de Vence, située dans le département des Alpes-Maritimes. Et lors des accusations de son petit-fils, Christian était en fonction, puisqu’il a été maire entre 1989 et 2001. Il était membre du Parti radical. Aussi, Christian Iacono fut un brillant médecin en radiologie et a monté plusieurs cabinets dans la région de Cagnes-sur-Mer.

Vidéo sur le même thème : Procès en révision: "c’est ma parole contre ma parole", estime le petit-fils de Christian Iacono