Quelque 150 écrivains étrangers ont décidé de boycotter un gala prévu mardi à New York lors duquel un prix sera remis à Charlie Hebdo. Le journal satirique évoque un "malentendu". 

Face aux critiques de nombreux auteurs étrangers à propos d'un prix sur la liberté d'expression qui doit être remis mardi à Charlie Hebdo, l'hebdomadaire satirique français a tenté de calmer le jeu. En voyage à Washington, le rédacteur en chef du journal, Gérard Biard, et un journaliste de l'hebdomadaire, Jean-Baptiste Thoret, ont en effet parlé vendredi 1er mai d'un "malentendu". 

"A mon avis, ils pensent que le prix est attribué à Charlie Hebdo pour son contenu (…) Il y a confusion, c'est un prix attribué au principe de la liberté d'expression", a expliqué en anglais Jean-Baptiste Thoret lors d'une rencontre organisée à Washington par l'association Freedom House, repris par l'AFP.  

7 couvertures sur 500 consacrées à l'islam 

Environ 150 romanciers et membres de la société littéraire américaine PEN American Center ont annoncé qu'ils boycotteront le gala de mardi car en désaccord avec les choix éditoriaux de l'hebdomadaire satirique qui, selon eux, s'en prend trop souvent à l'islam.

Publicité
Une étude réalisée par des sociologues, évoquée vendredi par Jean-Baptiste Thoret, montre pourtant que sur près de 500 couvertures, 300 étaient consacrées à la politique française et seulement 38 à la religion, dont 7 à l'islam. "Historiquement, nous sommes un journal anti-raciste, c'est dans notre ADN (…) Mahomet est un symbole, une icône. A Charlie Hebdo, nous sommes contre les icônes, de la même manière que nous sommes contre le foot !", a ironisé Gérard Biard. 

En vidéo sur le même thème - Charlie Hebdo : comment lutter contre la peur