L’ancienne ministre vient se déposer un projet de loi au Sénat en vue de faire interdire les concours de mini miss en France. Chantal Jouanno continue ainsi son combat contre l’hypersexualisation des petites filles et ses dangers.

Chantal Jouanno entend bien faire interdire les concours de « mini miss ». La sénatrice UDI, qui avait rendu l’an dernier un rapport sur le danger de l’hypersexualisation des petites filles, vient de déposer au Sénat un projet de loi. L’ancienne ministre a deux objectifs : faire interdire les concours de mini miss aux enfants de moins de 16 ans, et interdire aux marques de transformer en égéries des enfants mineures.

« Face à l'inaction (du gouvernement) et face à la banalisation de l'hypersexualisation (concours de mini-miss, enfants transformés en adultes miniatures) dont nous ne pourrions plus longtemps taire les signes sans les cautionner, j'ai choisi de déposer une proposition de loi pour ériger des principes légaux de protection des enfants contre l'hypersexualisation » explique Chantal Jouanno dans un communiqué. Selon elle, cette tendance a donné aux petites filles une apparence de femme, « renforce les stéréotypes sexistes ».

Publicité
Chantal Jouanno continue donc son combat pour « les protéger d’une infraction précoce de la séduction faisant reposer sur eux un primat de l’apparence préjudiciable à leur développement » et espère que les mesures nécessaires seront prises pour « ne pas faire des enfants les instruments d’une stratégie commerciale qui renforce les stéréotypes sexistes ». Même si les concours de mini miss sont bien plus encadrés en France qu’outre-Atlantique, l’ancienne ministre ne veut pas abandonner le combat.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité