Le futur numéro 2 du Vatican, Pietro Parolin, a récemment confié à un journal vénézuélien que le "célibat des prêtres n’est pas un dogme" et qu’il est donc possible d’en "discuter".

©AFP

Un pavé dans la mare. Alors qu’il est actuellement nonce apostolique au Venezuela, Pietro Parolin a récemment accordé un entretien au journal local El Universal. Au cours de cette interview, l’homme d’église a commencé par revenir sur son prochain départ (le 15 octobre) pour l’Italie en vue de devenir le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège, autrement dit le numéro 2 du Vatican. Fort de cette nomination, Pietro Parolin s’est par ailleurs laissé aller à donner son avis sur un sujet qui fait souvent débat : le célibat des prêtres. "Ce n’est pas un dogme" de l’Eglise, a-t-il commencé par déclarer avant d’ajouter : "on peut en discuter, car c’est une tradition ecclésiastique". Conscient que ce sujet est quelque peu délicat, il a poursuivi en soulignant que "l’effort qu’a fait l’Eglise pour instaurer le célibat des prêtres doit être considéré". Selon lui, "on ne peut pas dire, simplement, qu’il appartient au passé. C’est un grand défi pour le pape (…) et toutes ces décisions doivent être prises dans le but d’unir l’Eglise, pas de la diviser".

"Il est bon, à notre époque, qu'il y ait un esprit plus démocratique"Et alors que le pape Français se veut moderne et proche des fidèles, Pietro Parolin a insisté sur la nécessité de "tenir compte, au moment de prendre des décisions" de certains critères (la volonté de Dieu, l’histoire de l’Eglise) et de "l’ouverture à l’air du temps". L’ecclésiastique a ensuite ajouté : "Il a toujours été dit que l'Église n'est pas une démocratie. Mais il est bon, à notre époque, qu'il y ait un esprit plus démocratique, dans le sens d'une écoute attentive et je crois que le pape en a fait un objectif de son pontificat". 

Publicité
Désireux de moderniser l’Eglise mais également soucieux de la préserver et de ne pas la dénaturer, Pietro Parolin a toutefois rappelé qu’elle "ne peut jamais changer au point de s’adapter complètement au monde (…) L’Eglise a une constitution, une structure, un contenu lié à la foi, et personne ne peut changer cela". Si un dialogue sera donc prochainement ouvert sur le célibat des prêtres, la fin de cette "tradition" ne semble cependant pas à l’ordre du jour.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité