Le futur numéro 2 du Vatican, Pietro Parolin, a récemment confié à un journal vénézuélien que le "célibat des prêtres n’est pas un dogme" et qu’il est donc possible d’en "discuter".

©AFP

Un pavé dans la mare. Alors qu’il est actuellement nonce apostolique au Venezuela, Pietro Parolin a récemment accordé un entretien au journal local El Universal. Au cours de cette interview, l’homme d’église a commencé par revenir sur son prochain départ (le 15 octobre) pour l’Italie en vue de devenir le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège, autrement dit le numéro 2 du Vatican. Fort de cette nomination, Pietro Parolin s’est par ailleurs laissé aller à donner son avis sur un sujet qui fait souvent débat : le célibat des prêtres. "Ce n’est pas un dogme" de l’Eglise, a-t-il commencé par déclarer avant d’ajouter : "on peut en discuter, car c’est une tradition ecclésiastique". Conscient que ce sujet est quelque peu délicat, il a poursuivi en soulignant que "l’effort qu’a fait l’Eglise pour instaurer le célibat des prêtres doit être considéré". Selon lui, "on ne peut pas dire, simplement, qu’il appartient au passé. C’est un grand défi pour le pape (…) et toutes ces décisions doivent être prises dans le but d’unir l’Eglise, pas de la diviser".

"Il est bon, à notre époque, qu'il y ait un esprit plus démocratique"Et alors que le pape Français se veut moderne et proche des fidèles, Pietro Parolin a insisté sur la nécessité de "tenir compte, au moment de prendre des décisions" de certains critères (la volonté de Dieu, l’histoire de l’Eglise) et de "l’ouverture à l’air du temps". L’ecclésiastique a ensuite ajouté : "Il a toujours été dit que l'Église n'est pas une démocratie. Mais il est bon, à notre époque, qu'il y ait un esprit plus démocratique, dans le sens d'une écoute attentive et je crois que le pape en a fait un objectif de son pontificat". 

Publicité
Désireux de moderniser l’Eglise mais également soucieux de la préserver et de ne pas la dénaturer, Pietro Parolin a toutefois rappelé qu’elle "ne peut jamais changer au point de s’adapter complètement au monde (…) L’Eglise a une constitution, une structure, un contenu lié à la foi, et personne ne peut changer cela". Si un dialogue sera donc prochainement ouvert sur le célibat des prêtres, la fin de cette "tradition" ne semble cependant pas à l’ordre du jour.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publiez votre commentaire

3 commentaires

D'après mes connaissances, il

Portrait de MYRRZINN

MYRRZINN

D'après mes connaissances, il me semble que le célibat ecclésiastique fut instauré afin d'éviter que l'on hérite de père en fils d'une paroisse, d'un diocèse etc. Fut un temps, il était courant même au niveau papal que les ecclésiastiques avaient des descendants. Ceux-ci accédaient facilement aux rangs les plus hauts de l'aristocratie religieuse et bien souvent héritaient à la mort de leur père de son pouvoir et richesse tout comme un prince pour un roi défunt. Les abus étant courant, il fut établi que pour accéder aux fonctions de pasteur, l'héritage de sang ne devait plus être mais que seule une véritable vocation sacrifiant tout espoir d'une lignée prouvait un véritable attachement à Dieu et non la chair et la richesse. Quant au mariage des prêtres, sachez que lors de l'ordonnancement il est demandé au futur prêtre de faire voeu de  chasteté mais pas d'abstinence. Celà peut être troublant car  "chasteté" ne veut pas  forcément dire être pur  de tout acte sexuel. C'est plutôt avoir un esprit pur afin que le démon ne puisse avoir prise (in corpus  sané). Cette ambiguïté (esprit pur/ corps impur) sorte de ying yang à conduit de nombreux prêtres à se mutiler physiquement en s'auto-flagellant par exemple : la nature étant toujours plus forte que le contrôle du corps par l'esprit. Aussi pur soit-il .

Votez pour ce commentaire: 

Le célibat des prêtres est

Portrait de Mylilou

Le célibat des prêtres est bien une tradition écclésiastique, donc un commandement d' homme et non commandement biblique. En se plaçant au-dessus de DIEU, l'Eglise à donné à penser à la communauté écclésiastique que l'homosexualité et la pédophilie étaient moins graves que le mariage. 

Votez pour ce commentaire: 

Le célibat date du XIè siècle

Portrait de bniat40

bniat40

Le célibat date du XIè siècle, instauré par un pape qui sortait un monastère et voulu imposer son absence de libido au clergé ! Fut-ce une bonne solution ? Certainement pas !  Dans les Evangiles auxuels se réfère l'Eglise, le Christ n'a JAMAIS imposé le célibat !

Votez pour ce commentaire: 

Publicité