Selon une information du Figaro, la SNCF avait déjà repéré des défauts sur les voies ferrées de la gare de Brétigny-sur-Orge au mois de février. Sois plusieurs mois avant l'accident qui avait causé la mort de 7 personnes.

© AFP

La SNCF aurait-elle pu éviter la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge ? C’est ce que laisse penser les comptes rendus d’inspection des voies ferrées réalisés en février dernier en gare de Brétigny, que s’est procurés Le Figaro. Selon ses informations, des fissures sur le rail n° 11 301 ont été notées par des agents d’inspection. C’est ce même rail qui avait causé le déraillement du train, le 12 juillet dernier. Le rapport rédigé par les inspecteurs indique aussi que le boulon qui sert à fixer l’éclisse était absent. Selon le quotidien, c’est une urgence de niveau 2 qui aurait du être réparée dans les trois mois à venir. Ce boulon, qui se trouve au centre de la fixation d’une éclisse, est primordial au bon fonctionnement d’une voie.

Une inspection non conforme

Publicité
Toujours selon Le Figaro, la dernière inspection datant du 4 juillet a été réalisée par un jeune cheminot de 25 ans. Alors que ces inspections doivent se faire en binôme, pour qu’une personne surveille la voie pendant que l’autre vérifie son état, le jeune homme à peine diplômé se trouvait seul, selon ses déclarations faites à la police judiciaire. Sur les fiches d’inspections du jeune diplômé datant du mois d’avril, on s’aperçoit par ailleurs que le problème du boulon manquant en février est toujours présent. Alors que les constations sur le terrain ont donc clairement été établies, aucun acte de réparation n’a été mis en place par la SNCF. Avec ces informations du Figaro, l’équipe qui s’occupe de l’entretien du matériel technique est donc clairement mis en cause dans ce drame.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité